NOU KA SONJÉ
YO
CÉ LI MINME KI LA
L'histoire Cyclonique
Vign_nou_ka_sonje

L'histoire Cyclonique
de la Martinique
Guadeloupe - Iles du Nord


L'histoire raporte en tout premier lieu le 11 octobre 1780 (certains auteurs parlent du 12 mais il semble être passé Dans le passé en fin de journée du 10 sur Barbade, nous retiendrons donc plutôt le 11), date du passage du plus violent cyclone ayant touché les Petites Antilles au XVIIIè siècle; il aurait été responsable d'environ 22000 morts, essentiellement sur Barbade, Sainte Lucie et donc aussi la Martinique où il y eut près de 9000 victimes !

En dehors de cette date funeste, on retrouve dans les écrits trace d'autres cyclones.

Au XVIIè siècle:

- 1635 (violent)
- 1642
- 1651 (destructeur)

- 1er octobre 1653

- 15 août 1666 particulièrement violent avec probablement plusieurs centaines de victimes.

- septembre 1672
- 1674
- 1675
- 3 août 1680 qui aurait coulé plus de 20 navires français et anglais avec leurs occupants
- octobre 1694

Au XVIIIè siècle:

- 4 septembre 1713 (avec au moins 100 victimes)
- 1725
- 1740
- 1er octobre 1753
- 12 septembre 1756
- 23 août 1758
- juillet puis septembre 1765 (deux la même année ayant aussi touché la Guadeloupe)
- celui du 13 août 1766 avec ses 440 morts reste aussi dans les annales
  certains ont noté celui d'août 1767, qui aurait été meurtrier

- Après les années actives 1775 et 1776 (3 cyclones en 2 ans), on retiendra
- 29 août 1779
- 11 octobre 1780 dont on a parlé plus haut, le plus meurtrier de l'histoire des 4 derniers siècles
- 14 août 1788, avec de nombreuses victimes

Au XIXè siècle:

- Le cyclone le plus important semble être celui du 18 août 1891, qui ravagea de nouveau Saint Pierre et Fort de France, et dont on dit  qu'il aurait fait 700 morts en Martinique.

Avant celui là, on peut noter les cyclones de:
- 1804
- 1806
- octobre 1809, de faible intensité
- juillet 1813 (ou août selon les auteurs) qui aurait fait plus de 200 victimes
- septembre 1816
- octobre 1817
- 25 juillet 1825, ces trois derniers étant des tempêtes d'intensité modérée
- puis le plus destructeur du 20 septembre 1834 (certains auteurs le placent le 20 octobre)
- fin juillet ou début août 1837 avec quelques victimes
- 1846
- 25 août 1855
- 8 septembre 1875

Le siècle se terminera par une période assez agitée puisqu'on peut noter les dates suivantes qui ont vu passer un phénomène cyclonique, la plupart tempêtes de faible intensité:

- 4 septembre 1883
- 15 septembre 1886
- 1er novembre 1888 dont on a signalé la trajectoire unique orienté sud - nord et qui a intéressé aussi bien la Guadeloupe que la      Martinique.
- 1er octobre 1889
- 20 septembre 1894
- 30 août 1896
- 10 septembre 1898 qui intéressa la Martinique au stade d'ouragan
- 29 août 1899 qui passa dans le canal de la Dominique au nord immédiat de l'île alors qu'il atteignait juste l'intensité d'ouragan.

Le début du XXè siècle voit passer :

- 2 cyclones le 9 août 1903 (31 victimes recensées) puis le 13 août 1916
- 3 tempêtes de faible intensité les 5 juillet 1901, 6 juillet 1905 et 11 octobre 1906

- Ensuite, il y aura une période de 35 ans sans cyclone majeur entre 1616 et le passage de DOG en septembre 1951, hormis de    nombreuses tempêtes tropicales au dates suivantes:

- 9 septembre 1918
- 17 août 1924
- 22 juillet 1926
- 10 août 1931
- 16 août 1931
- 23 septembre 1941
- 16 septembre 1942
- 2 août 1945
- 1er septembre 1948

- A partir de 1950, date d'apparition des noms pour les tempêtes dans l'océan Atlantique, on retrouve:

- 15 août 1951: CHARLIE
- 2 septembre 1951: DOG
- 30 août 1958: ELLA
- 25 septembre 1963: EDITH
- 29 septembre 1967: BEULAH
- 20 août 1970: DOROTHY
- 29 août 1979: DAVID
- 9 septembre 1988: GILBERT
- 14 août 1993: CINDY
- 10 septembre 1994: DEBBY
- 26 août 1995: IRIS
- 14 septembre 1995: MARILYN

On peut noter que ne figure pas sur cette liste un certain nombre de phénomènes qui ne sont pas passés sur l'île ou à proximité immédiate qu'au stade de dépression tropicale, c'est à dire sans vent supérieur à 63 km/h en valeur soutenue. C'est notamment le cas de:

BETSY le 28 août 1965
EDITH le 30 septembre 1967, qui perd son intensité de tempête à 80 km au large de la presqu'île de la Caravelle
CHLOE le 17 août 1971
ANA le 23 juin 1979
DENNIS le 11 août 1981
DEAN le 16 août 2007

On peut s'étonner aussi de l'absence de ALLEN dont le passage le 4 août 1980 reste encore dans les mémoires, puisqu'il a sévi sur la Martinique. Mais, son oeil étant passé au sud de Sainte Lucie, sa trajectoire fut trop méridionale pour mériter d'y figurer.

De la même façon on n'a pas ressenti le cyclone de 1897 qui passa assez loin au sud le 12 septembre, même si les effets furent ressentis.

Par contre le mur de l'oeil de DAVID en 1979 a réellement touché l'île, bien qu'il soit passé sur la Dominique plus au nord.

De la même façon, MARILYN, sans avoir provoqué de vents forts, est passée suffisamment près en 1995, sur les eaux côtières, pour qu'on en parle comme d'un phénomène ayant touché directement l'île.

S’il n’y a pas eu beaucoup de cyclones violents durant ces 100 dernières années, les 3 derniers en date sont EDITH en 1963 qui fit 10 victimes, DAVID en 1979 qui était un ouragan de classe 4 lorsqu’il a sévi sur la moitié nord de l’île, et DEAN en 2007, dont l'oeil passa entre la Martinique et Sainte Lucie, entrainant un mort et six blessés. Par contre plus nombreux sont les cyclones qui ont donné lieu à des inondations catastrophiques et meurtrières. DOROTHY en 1970, restera longtemps dans les mémoires, causant la mort de 44 personnes et établissant quelques records d’intensité pluvieuse pour les Antilles Françaises, avec notamment une hauteur de pluie de 153 mm recueillie en 1 heure à Fort-de-France ! DOROTHY dépassait ainsi le précédent record établi par BEULAH trois ans plus tôt.

Depuis, il y eut CINDY en 1993 avec 147 mm en 1 heure au Prêcheur, tout proche du record d’intensité de DOROTHY.

Quant à IRIS en 1995, elle provoqua de nouvelles inondations paralysantes pour l’économie et le fonctionnement du territoire, avec ses 325 mm de pluies en 24 heures à l’aéroport du Lamentin, ses 411 mm à Ducos pendant la même période et 449 mm en 2 jours.

Si on remarque que DEBBY en 1994 et HORTENSE en 1996 se sont manifestées aussi par de fortes pluies, ce sont donc les 4 années successives de 1993 à 1996 qui auront vu des phénomènes cycloniques fortement pluvieux sur l’île.

Pour en revenir au dénombrement purement arithmétique, en 100 ans de statistiques cycloniques, on peut recenser 20 Tempêtes Tropicales et 9 Ouragans, ce qui représente en moyenne :

- 1 phénomène cyclonique (tempête ou ouragan) tous les 3,6 ans ;
- 1 ouragan tous les 11,5 ans.

Le risque cyclonique est donc un peu plus élevé en Martinique qu’en Guadeloupe (1 tous les 3 ans et demi contre 1 tous les 4 ans), mais très peu souvent sous forme d’ouragan (1 phénomène sur 4 seulement est un ouragan). En utilisant des termes réducteurs, on avancera :

- Martinique : île à tempêtes et à fortes pluies ;
- Guadeloupe : île à ouragan et à vent fort.


PREFACE


Dans la nuit du 16 au 17 aout 2007, un ouragan de categorie 2 a traverse I'arc Antillais i IS Km du sud de la Martinique.
Les Martiniquais se sont reveillés, abasourdis après une nuit blanche, découvrant avec effroi I'ampleur des degâts.
Les toits se sont envolés et la houle a envahi les rues du bord de mer y deposant, pêle-mêle, des débris marins.
Les journées qui ont suivi ont été consacrées au nettoyage et au deblaiement des routes.
Les autorités ont rapidement mis en place des moyens exceptionnels pour securiser les voies d'accès et de passage, pour secourir les personnes sinistrées et leur offrir un abri provisoire .
Les vents violents et la pluie abondante n'ont épargné personne, mais Ie sud de I'lle a ete plus particulierement touché.
L'ensemble du reseau electrique et téléphonique a énormément souffert.
De nambreux câbles ont été coupés par des chutes d'arbres et la population s'est retrouvée sans électricité, sans téléphone et sans eau pendant plusieurs jours voire plusieurs semaines dans certains quartiers.
Les entreprises concernees ( EDF, France Telecom ... ) ont deployé des moyens considérables en logistique et en main d'oeuvre pour rétablir au plus vite
une situation normale.
On se souvient de ces agents, travaillant quasiment tous les jaurs, dimanche et jours fériés compris, Ie long des routes pour remettre en etat les reseaux.
On ne peut pas parler des dégâts occasionnés par Dean, sans aborder I'état des forêts.
« II fallait Ie voir pour Ie croire .», des milliers d'arbres arrachés, déracinés, tombés au sol, un enchevêtrement de branches mortes empêchant tout accès.
La encore, les agents de I'ONF n'ont pas economisé leurs efforts pour dégager, élaguer et nettoyer nos sous-bois.
Nous avons voulu, par ce livre, rendre hommage à tous ces hommes et ces femmes qui ant contribué à la reconstruction de notre Martinique, touchée de plein fouet par cet ouragan.
La violence de la nature est Ià pour rappeler la fragilité de I'Homme face au monde qui nous entoure.
--------------------
Mano Radio Caraïbes
http://www.manoradiocaraibes.com
http://www.manomerci.com
http://manoretro.unblog.fr/
http://emission.unblog.fr/
martel.loutoby@orange.fr
http://fr-fr.facebook.com/
http://martelkapale.unblog.fr/
Portable:0696919145
Portable:0696840553


ADIEU TI CASE EN MOIN

Mano Radio Caraïbes
ADIEU TI CASE EN MOIN

L'ouragan Dean a traversé le centre de L'arc antillais en fin de nuit de Jeudi 16 à
Vendredi 17-Août-2007.De catégorie 2 à L'approche de la Martinique,il s'est renforcé progressivement lors de son passage dans le canal de Sainte-Lucie,au sud de la Martinique etc
"ADIEU TI CASE EN MOIN"
Où Naquit Mano RCI-Maison fut démoli par LE CYCLONE DEAN-2007

PS:Musique de Casimir LETANG "Adieu Ti Case en Moin" Tango-production Henri Debs1960

Mano Radio Caraïbes
http://www.manoradiocaraibes.com
http://www.manomerci.com
http://manoretro.unblog.fr/
http://emission.unblog.fr/
martel.loutoby@orange.fr
http://fr-fr.facebook.com/
http://martelkapale.unblog.fr/
Portable:0696919145
Portable:0696840553

© 2011
Créer un site avec WebSelf