NOU KA SONJÉ
YO
CÉ LI MINME KI LA
ÉMILIEN ANTILE (1925-1980)
Vign_8
Emilien ANTILE
(Monsieur SAX.)

Dés sa sortie du cours principal de Pointe-à-Pitre, Emilien fréquente un peu l'école de la rue, il cotroie le milieu des musiciens et du transport en commun, il joue de la flûte et s'intéresse au pipeau, très vite ; il travaille comme aide chauffeur dans un transport de passagers, il fait la ligne Pointe-à-Pitre Basse-Terre.
Au bout de long mois de travail, il réalise quelques économies avec lesquelles il décide de s'offrir un saxophone, dés lors, cet instrument ne le quittera plus, il séjournera aussi bien dans son autobus qu'a son domicile.
A cette époque ; ce rendre de Pointe-à-Pitre à Basse-Terre est un véritable calvaire, la cadence de rotation est d'un voyage aller-retour par jour. En quittant Basse-Terre à quatre heures, et s'arrêtant tout au long de la route ainsi que dans les villes entre le chef lieu et la capitale ; l'heure d'arrivée se situait entre sept et huit heures. Le véhicule déchargé, Emilien faisait quelques courses, et prenait place dans l'autobus en attendant le retour des passagers (marchandes de légumes de poisson et bien d'autres encore).
Le musicien en profite pour exercer ses connaissances et perfectionner la vélocité de ses doigts sur les clés de son saxo, rapidement, il maîtrise l'instrument, les premiers passagers de retour s'installent et une longue attente des tout derniers leur permet d'apprécier les talents de leur chauffeur-musicien, des lors, tout le monde en parle, et au fil du temps, l'on parle de " Monsieur SAX ".
Emilien ANTILE jouit d'une grande popularité dans tout le pays, il officie dans l'orchestre " El Calderon " que dirige Brunel AVERNE, avec lui, il y a aussi le guitariste André CONDOUANT et Henri DEBS.
A cette époque une grande rivalité existe entre les musiciens guadeloupéens surtout chez les saxophonistes, ceux-ci aiment bien se retrouver pour faire " le Bœuf ", les plus adroits cherchent toujours à mettre les moins expérimentés en difficulté, il s'agit pour eux de changer brusquement de tonalité laissant pantois celui qu'i n'arrive pas à les suivre, cela se dit dans le milieu " Baille en Tchimbé ", la victime se retrouve debout l'instrument en mains, ne comprenant pas ce qui lui arrive.

On parle beaucoup en France de Robert MAVOUNZY qui n'a pas son égal chez les saxophonistes antillais, Emilien décide de partir à Paris, persuader qu'il fera ce fameux MAVOUNZY remettre son instrument dans son étui, Emilien n'est-il pas surnommé " Monsieur SAX " ? Il se renseigne pour savoir ou ce phénoménal MAVOUNZY officie, il l'observe avec assiduité, il l'imite dans ses faits et gestes, il le copie, il commence des prestations ça et là, sans hésiter, il se met à vomir du " Robert MAVOUNZY " de nombreuses remarques lui sont faites à ce sujet, qu'a cela ne tienne ! Il n'a pas la classe ; le métier et l'élégance de Robert MAVOUNZY, soit !

Il fait son chemin dans le milieu musical antillais, il se perfectionne et parvient à se frotter aux meilleurs musiciens et même à MAVOUNZY.

En tout cas, Emilien ANTILE fait une brillante carrière comme excellent musicien et compositeur, ensuite, il quitte la France pour aller enseigner la musique au centre des arts de Dakar, seconder par le saxophoniste sénégalais Mady SISSOKO, il y demeura de nombreuses années, seule la maladie l'oblige à quitter ce magnifique Pays.

Emilien ANTILE à beaucoup travaillé et enregistré avec le grand maître Albert LIRVAT, son ami d'enfance Henri DEBS n'a pas hésité à lui sortir (plusieurs C.D.) ou Emilien excelle dans sa façon à lui d'interpréter et de composer les différents thèmes de la musique traditionnelle des Antilles-Guyane.

Il est sans doute le musicien antillais qui a attiré le plus grand nombre de personnes lors de ses obsèques.


SOURCE : ARTICLE DE (Aude BAGOE)
Pour en savoir plus Cliqué ICI

http://alrmab.free.fr/aemilien.html#DEB
EMILIEN ANTILE
Vign_11
EMILIEN ANTILLE-NOU KA SONJE
ÉMILIEN ANTILE (1925-1980)
Il apprend le saxophone alto en 1945 et joue en compagnie
du saxophoniste Marcel Louis-Joseph.
1975. Tombé gravement malade, il est rapatrié en urgence
et meurt à Montreuil le 30 mars 1980.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
ÉMILIEN ANTILE (1925-1980)
Émilien Antile, fils d’un chauffeur de bus de Guadeloupe, débute au banjo dans un orchestre amateur en 1941. En 1943, il devient lui-même conducteur d’autobus et s’achète une clarinette avec ses premières économies. Il apprend le saxophone alto en 1945 et joue en compagnie du saxophoniste Marcel Louis-Joseph.


En 1949, il intègre l’orchestre “El Calderon” du violoniste Brunel Averne. Après son service militaire effectué en 1951, Émilien Antile fait partie de l’orchestre “Jeunesse” de Paul-Émile Haliar. Passionné de bop et grand admirateur de Charlie Parker, il est déjà réputé pour sa vélocité à cette époque. En avril 1954, il s’embarque pour la métropole avec un contrat de trois mois en Allemagne. Il joue ensuite à Paris aux “Triolets”, rue de Montreuil, puis avec Jack Butler “Chez Frisco”, rue Notre-Dame de Lorette.


En 1957, Émilien Antile est engagé par Al Lirvat à
La Cigale. Il participe à la tournée africaine de l’orchestre en 1959 ainsi qu’au film “Paris Blues” en 1960. Il est présent à
La Cigale jusqu’en 1961. Durant cette période, il participe à de nombreux enregistrements avec Al Lirvat, Barel Coppet et Alphonso. De 1962 à 1963, Émilien Antile est à
la Canne à Sucre, dans l’orchestre de Gérard
La Viny. Il séjourne à
la Martinique de 1964 à 1966 puis à
la Guadeloupe de 1967 à 1972. Revenu à Paris, il repart pour le Sénégal où il enseigne le saxophone à Dakar jusqu’en 1980, avec une interruption en 1975. Tombé gravement malade, il est rapatrié en urgence et meurt à Montreuil le 30 mars 1980.
EMILIEN ANTILE
EMILIEN ANTILLE-NOU KA SONJE
 
 
 
 
EMILIEN ANTILE
 
 
 
 
 

vign_02

vign_5

vign_6

vign_11
 

vign_8

vign_5

vign_4

vign_12

vign_7

vign_5
EMILIEN ANTILE MERCI
Vign_emilien_antile-mr_sax
EMILIEN ANTILE-MERCI
Vign_robert_emilien
 
Vign_10
Emilien ANTILE c'était d'abord de l'or en Sax. Et puis quel rythme! quelle élégance dans les nuances harmoniques. Ces notes qui s'infusaient dans la cadence des biguines, des mazurkas créoles, et même des bel-air avaient tout le swing d'un certain jazz noir.

Consacré meilleur interprète dans le genre, Emilien ANTILE 'Mr Sax' continuait de nous étonner par la rénovation systématique de ses interprétations.

Chaque disque nouveau revêtait un cachet nouveau: 'le FEELING'.

Tous ses enregistrements ayant été fait en 33 Tours el ce support étant en voie de disparition. Henri a décidé de les rééditer en CD afin de conserver il travers le temps la mémoire de ce grand musicien Guadeloupéen.

Ecoutez, c'est sublime comme J'amour. C'est doux comme l'harmonie.

C'est chand comme le rythme

car elle incite à la danse:


Elle est bien de son auteur: Feu Emilien

F.BERCHEL


//////////////////


Expression pure de l'âme Antillaise à travers des sonorités multiples, à travers un débit modéré ou rapide mais toujours approprié au thème et bien assis sut le rythme. Une imagination sans cesse débordante, tels sont les caractéristiques de l'art d'EMI LIEN ANTILE.


Reconnu comme le meilleur interprète des rythmes (Antillais) que sont les Biguines” Calypsos et Méringués, il est pris comme modèle copié par les uns, vénéré par les autres mais toujours inégalé. Ce qui laisse à penser qu'il n'est pas né celui qui succèdera dans le genre avec le même brio à Monsieur SAX.

DAN GARY
------
 
Vign_8
ÉMILIEN ANTILE (1925-1980)

Émilien Antile, fils d’un chauffeur de bus de Guadeloupe, débute au banjo dans un orchestre amateur en 1941. En 1943, il devient lui-même conducteur d’autobus et s’achète une clarinette avec ses premières économies. Il apprend le saxophone alto en 1945 et joue en compagnie du saxophoniste Marcel Louis-Joseph.

En 1949, il intègre l’orchestre "El Calderon" du violoniste Brunel Averne. Après son service militaire effectué en 1951, Émilien Antile fait partie de l’orchestre "Jeunesse" de Paul-Émile Haliar. Passionné de bop et grand admirateur de Charlie Parker, il est déjà réputé pour sa vélocité à cette époque. En avril 1954, il s’embarque pour la métropole avec un contrat de trois mois en Allemagne. Il joue ensuite à Paris aux "Triolets", rue de Montreuil, puis avec Jack Butler "Chez Frisco", rue Notre-Dame de Lorette.

En 1957, Émilien Antile est engagé par Al Lirvat à La Cigale. Il participe à la tournée africaine de l’orchestre en 1959 ainsi qu’au film "Paris Blues" en 1960. Il est présent à La Cigale jusqu’en 1961. Durant cette période, il participe à de nombreux enregistrements avec Al Lirvat, Barel Coppet et Alphonso. De 1962 à 1963, Émilien Antile est à la Canne à Sucre, dans l’orchestre de Gérard La Viny. Il séjourne à la Martinique de 1964 à 1966 puis à la Guadeloupe de 1967 à 1972. Revenu à Paris, il repart pour le Sénégal où il enseigne le saxophone à Dakar jusqu’en 1980, avec une interruption en 1975. Tombé gravement malade, il est rapatrié en urgence et meurt à Montreuil le 30 mars 1980.



 
Vign_r-3119877-1316708812
Emilien Antile Mr. Sax* – Biguines Et Mazurka Des Antilles

Label: Disques Debs – HDD 554

Format: Vinyl, LP, Album


Country: France -Released:


Genre: Folk, World, & Country, Latin

Style: Beguine


A1 Ginette- A2 Là Haut Dans La Montagne Là- A3 Fin Di Monde

A4 -La Gouadeloupéenne -A5 Hermancia -B1 Baissez Pas

B2 -En Gros Tête A Ou A -B3 Polo Ka Pati Laisser Moin

B4 -Don Juan --B5 Vaudou
 
Vign_sans_titre_15
© 2011
Créer un site avec WebSelf