NOU KA SONJÉ
YO
CÉ LI MINME KI LA
Eugène DELOUCHE-MERCI
Vign_eugene_delouche_5
Eugène Delouche -MERCI

Eugène Passion Delouche est né Ie 28 mars 1909 à Marigot,

commune de la côte nord-est de la Martinique

Décédé le 09-Août-1975 à Paris d'un accident Vasculaure Cérébral.
------------------
------
Le clarinettiste martiniquais Eugène Delouche (1909-1975), dès son arrivée à Paris en 1931, fut assurément Ie principal compétiteur de Stellio (coffret FA023 de Frémeaux & Associés) susceptible de mettre en péril sa suprématie de maestro de la musique créole dans les cabarets antillais de la Capitale. il Ie talonna aussi par une abondante production phonograaphique (58 faces de 78 tours enregistrées de 1932 à 1938 pour quatre marques de disques). Après la Libération, Eugène Delouche donna un nouvel élan à sa creativité en fondant sa propre maison de disques 78 tours sous la marque RITMO, étiquette rouge. C' est cette production, étalée de 1951 à 1953, que nous nous proposons de faire revivre aujourd'hui. Une part importante des premiers enreegistrements d'Eugène Delouche est déjà rééditée dans les trois albums “BIGUINE”, publies par Fremeaux & Associes.

Eugène Passion Delouche est né Ie 28 mars 1909 à Marigot, commune de la côte nord-est de la Martinique. Curieusement,

son lieu de naissance inscrit à la Société des Auteurs Compositeurs et éditeurs de Musique est “Fonds d'Or”. La commune du Marigot changea de nom en effet par décret municipal du 26 août 1926. C'est pour dissiper la fausse image d'une région insalubre et marécageuse que Ie Conseil municipal avait émis ce voeu en 1923. Cependant, Ie premier nom de “Marigot” fut retabli des Ie changement de municipalité en 1929. Louis Delouche (1881-1962), père d'Eugène, etait natif de Sainte-Philomène, banlieue residentielle du nord de Saint-Pierre. II exerçait la profession d'architecte après avoir été commis des contributions.il avait épousé Inès Procope en 1905. II eut plus tard un fils hors mariage qui devint lui aussi musiicien : Louis “Loulou” Boislaville, né à Fort-de-France en 1919 et décédé en 2001. Apres ses etudes secondaires, Eugène Delouche est admis à l'ecole des Arts et Métiers de Fort-de-France. Tout à la fois doué d'un esprit éveillé et adroit de ses mains, il y développe son goût des travaux artistiques et manuels. II entre dans la vie active en travaillant comme dessinateur chez son père architecte. Très

jeune, il s'était découvert I'amour de la musique et du chant. II avait commencé par Ie violon dans I'orchestre philharmonique “L'Aurore” dirigé par Daniel Danjou, violoncelliste et harpiste reputé à

Fort-de-France (né en cette ville Ie 4 avril 1865). Mais apres avoir eu la révélation de Stellio revenu en 1919 a la Martinique (il était parti en Guyane avant 1902, echapppant de peu à la catastrophe de Saint Pierre), Ie jeune Eugène Delouche se prend de passion pour la clarinette. II voue une admiration sans borne à Stellio et saisit chaque occasion d'aller Ie voir et I' écouter. à force de travail, il fait seul son apprentissage tout à la fois de I'instrument, du rythme et du style créole martiniquais, servi en cela par une excellente mémoire auditive. II s'imprègne de I'inspiration et de la tradition de son modèle, capable de reproduire d'oreille toutes les lignes mélodiques entendues au cours d'une soirée. II est remarqué par Ie violoniste Ernest Léardée qui fait appel à lui pour accompagner les films muets au cinéma Gaumont de Fort-de-France quand Stellio est empêché. Delouche succèdera aux deux musiciens quand ils s'embarqueront pour Paris fin avril 1929. En oclobre 1931, un mois avant la fermeture de l'Exposition Coloniale, Stellio quitte “La Boule Blanche” pour ouvrir son propre cabaret Ie “Tagada Biguine” au 12 rue de I'Arrivée à Montparnasse.il propose alors Eugène Delouche à Monsieur Caen,gérant de ” la Boule Blanche”,pour le remplacer.

Eugene Delouche débarque du paquebot “Guadeloupe” au Havre Ie 24 octobre 1931 à six heures du matin et il arrive à Paris pour commencer Ie soir même à la clarinette dans la formation de ” la Boule Blanche” au 33 rue Vavin.il est accompagné du banjoïste Robert Charlery,du batteur Bernard Zélier et du Pianiste Victor Collat tous trois Martiniquais.Un Film d'actualité de l'époque les montre dans ce cabaret avec un cinquième musicien guitariste,donnant la cadence à un couple

de danseurs antillais pour une exhibition de biguine. Seulement trois mois plus tard, fin janvier 1932, Eugène Delouche grave ses premiers disques pour la firme Odéon sous Ie nom de “l'orchestre typique Martiniquais Charlery-Delouche”. à partir de juin 1932, il enregistrera sous son seul nom. Ces premières prestations du clarinettiste, qui n'ont pas encore Ie raffinement et Ie lyrisme qu'on lui connaîtra par la suite, expriment des intonations farouches accentuees par Ie vigoureux accompagnement de Robert Charlery au banjo.

Eugène Delouche quitte la Boule Blannche fin 1932 et passe dans divers établisssements de Paris. Ernest Léardée, qui eut son propre cabaret antillais “L 'Elan Noir” au 124 boulevard Montparnasse de novembre 1931 jusqu'au milieu de l'année 1933, raconte dans son autobiographie (”La biguine de I'Oncle Ben's”) qu'il y engagea plusieurs fois Eugène Delouche. Le musicien part en suite en tournee a l'etranger, se produisant notamment en Tunisie, à Rome et à Vienne dans l'orchesstre “Quintero y sus ases”. Il continue d'enregistrer à Paris pour Odéon, Pathé,

Ultraphone sous les noms de “L'orchestre typique martiniquais” ou du “Del'sjazz Biguine”. il faut ici noter que la juxtaposition des deux mots 'Jazz” et “Biguine” n'est en rien une trouvaille récente et que Ie seul el véritable inventeur de l'expresssion est Eugène Delouche dès ses premiers disques Pathé de 1932. De 1934 a 1938, Ie clarinettiste s' entoure du guitariste guadeloupéen Pollo Malahel, du pianiste martiniquais René Léopold et du batteur martiniquais Robert Mommarché. La parfaite harmonie entre les quatre musiciens, complétés du contrebassiste cubain Gelman Araco, donnera naissance a de divines interprétations de la biguine et de la valse creole.

En 1935, on célèbre Ie Tricentenaire du rattachement des Antilles a la France. Cet événement prestigieux donne lieu à une série de manifestations préparées depuis 1933 par un comité directeur formé de Henry Béranger, sénateur de la Guadeloupe, Alcide Delmont et Marcel Olivier, respectivement députe et gouverrneur général de la Martinique. Les commémorations s'étalent sur plusieurs mois en

Martinique, en Guadeloupe et à Paris où une soirée de gala est donnée a l'Opéra Garnier Ie 14 novembre 1935. Eugene Delouche se rend à la Martinique dès Ie début 1935 pour y présenter son orchestre “Del'sjazz Biguine” dans un dancing du Parc Galliéni à Fort-de-France, non loin

des Terres-Sainville. Deux autres orchestres se produisent dans Ie cadre du Tricentenaire : Ie “Caraib'sjazz” de Frantz Blérald avec Honore Coppet à la clarinette, et Ie “Bagoe's Hot jazz” du saxophoniste Anderson Bagoé. Dès son retour à Paris en octobre 1935, Eugène Delouche immortalise sur disques ses plus fameux succès, comme la habanera ''Martinique'' et la langoureuse valse “Complainte”. il continue d'élargir son répertoire en pratiquant de plus en plus Ie saxophone alto et en adoptant la vogue du jazz, sans pour autant abandonner la biguine traditionnelle. IT lui est ainsi plus facile de trouver des engagements au sein d'orchestres variés et de profiter des occasions qui se présentent chaque jour sur la place de Paris. On Ie trouve en 1939 parmi les “Feli's Boys” du chef d'orchestre Guadeloupéen Félix Valvert au dancing de La Coupole a Montparnasse.
Quand éclate la seconde guerre mondiale en septembre 1939, Eugène Delouche est réformé temporaire. Après la debâcle de juin 1940 et l'arrivée des Allemands à Paris il se retrouve, comme tous les musiciens antillais, sans engagement et sans ressources. il fait partie de la tournée organisée par Félix Valvert en février 1942 dans Ie sud de la France. Celui-ci réunit une formation de 11 musiciens noirs avec I'intention de fuir Paris pour se produire en zone non occupé
Les détails de cet épisode sont racontés dans Ie livret du coffret “Swing Caraibe” (Fremeaux & Associes, FA069). une premiere tentative tourne à l'echec à Dijon après une rixe d'un musicien avec un soldat allemand. La tournée suivante aura un peu plus de chance. Commencée en mai 1942, elle se terminera en septembre à Carry-Ie-Rouet près de Marseille, après I'annulation du contrat suivant pour la Corse. Les musiciens rentrent à Paris et certains d'entre eux trouvent un engagement fixe à la brasserie de “La Cigale” à Pigalle dans l'orchestre du batteur came¬rounais Fredy Jumbo.
à partir de 1943, Eugène Delouche met à profit ses compétences techniques, manuelles et musicales pour travailler comme compagnon chez les frères Mazure, facteurs de tuyaux d'orgues pour la prestigieuse maison Cavaillé-Coll. il travaille ensuite pour Victor Gonzalez, autre facteur d'orgues de renom (né en Espagne en 1877, decede à Paris en 1956) dont la production a marqué I'évolution des instruments français du XXe siècle. Pendant toute la durée de l'Occupation, Eugène Delouche continue de se produire Ie soir dans divers cabarets et lieux de spectacles parisiens. il participe aux jam-sessions de la brasserie de La Cigale où I'on pouvait admirer en octobre 1942 une section de quatre saxophones: Eugène Delouche et Ie Cubain Chico

Cristobal à l'alto, Sylvio Siobud au ténor, et Robert Mavounzy au

baryton. En 1943, on peut aussi entendre Eugène Delouche au cabaret“La Pergola” de la Martiniquaise Fortuna, 7 Cité Véron près de la Place Blanche, dans l' orchestre de Fredy Jumbo. Durant plusieurs mois en 1944, il joue dans la formation du chef d'orchestre beIge Ai Verdes au music-hall de L'Elysee Montmartre, en compagnie de la chanteuse guadeloupéenne Moune de Rivel.

Après la Libération, Eugène Delouche reprend son métier de musicien a plein temps. En 1950, il est admis à la SACEM. L'année suivante, il se lance dans l'édition de sa musique. il établit Ie siège de son activité à son domicile, 23 bis boulevard Arago dans Ie 13e arrondissement de Paris. 11 retranscrit, grave, imp rime et diffuse lui-meme toutes ses eeuvres. 11 fonde en meme temps sa propre maison de production : “Les Disques RITMO”, exclusivement dediée a son orchestre “Del'sjazz Biguine”. Eugène Delouche participe aux emissions à thématique antillaise animées à la radio par Gilles Sala : “Rythmes et

Charmes des Antilles” (1950-1951) puis “Visages de Soleil”, “Au delà des Mers”, “Aux îles Caraïbes” … En janvier 1953, c'est un second retour aux Antilles pour Ie Carnaval. Eugène Delouche dirige l'orchestre du dancing de la Maison de la Culture a Fort-de-France et il profite de son sejour pour faire la promotion de ses disques. il découvre Ie jeune et talentueux chanteur David Martial, âge de 18 ans, lors du concours annuel de la biguine. à l'instigation d'Eugène Delouche, David Martial viendra se lancer à Paris quelques mois plus tard. Sur Ie chemin du retour en métropole, Eugène Delouche s'arrête à New York. il prend contact avec la firme “Monogram” et lui concède une licence pour diffuser sur les premiers disques vinyles plusieurs titres du catalogue Ritmo. Les disques enregistres à Paris fin 1953 seront les derniers d'Eugène Delouche. Deux ans plus tard, il abandonne la fabrication et la commercialisation de ses 78 tours, ce support étant définitivement
détrôné par Ie disque microsillon. Eugène Delouche se produira ensuite en musicien individuel dans diverses formations pendant une quinzaine d'annees, animant bals,

spectacles et galas, continuant d'accompagner fidèlement la chanteuse Moune de Rivel dans ses tours de chant, jusqu'a ce que la crise de l'emploi des musiciens et une santé déclinante l'obligent à réduire son activité à partir du début des années 1970. il enseigne alors la musique à ses élèves. Illui arrivait encore de se déplacer à la Martinique pour Ie Carnaval, a l'invitation de son frère Loulou Boislaville. Son dernier sejour eut lieu en février 1975, six mois avant son décès survenu Ie 9 Août à Paris d'un accident vasculaire cérébral.

SOURCE: Article de Jean-Pierre NEUNIER

Vous Pouvez Acheter CD Eugène DELOUCHE Cliqué ICI

http://www.fremeaux.com/index.php?page=shop.product_details&category_id=16&flypage=shop.flypage&product_id=1327&option=com_virtuemart  

—————

————————
Eugene DELOUCHE
(Louis Passiodines)
Clarinette - Saxo

Né à Schœlcher en 1909, d'un père ingénieur des travaux publics et d'une mère qui tient une librairie, très jeune, il fait son apprentissage dans la cordonnerie. Il reçoit une éducation musicale dans l'orchestre philharmonique ” l'aurore ” que dirige Monsieur Daniel DANJOU, comme instrument il a choisit d'apprendre la clarinette, avec lui il y a Omer KROMWEL - THALY - Anderson BAGOE - FONTENELLE et de nombreux autres.
A l'age de vingt ans, il fait des remplacements au cinéma ” Gaumont ” lorsque STELLIO est occupé ailleurs.
En 1931, c'est à la demande de ce même STELLIO qu'il est sollicité pour se rendre en France en vue de le remplacer à l'Exposition Coloniale, il débarque donc au Havre le 24 Octobre, à bord du paquebot ” Guadeloupe “.
A la gare Saint Lazare, il est accueillit par deux compatriotes chargés de le conduire chez Monsieur CAEN, propriétaire du cabaret ” La Boule Blanche “.
Après un modeste repas chez son hôte, il se rend au cabaret pour une répétition concernant la soirée qu'il doit animer et qui débute à 21h30.
Il fut impressionné par le côté exigu du lieu et l'importante fréquentation de la clientèle, cela le changeait de ses habitudes de la MARTINIQUE ou il avait coutume de jouer dans des salles de bals immenses.
A PARIS, il est en contact permanent avec les autres musiciens tant MARTINIQUAIS, GUADELOUPEENS que CUBAINS, en 1935, il effectue un retour à la MARTINIQUE pour animer les fêtes du ” tricentenaire “, son dancing est situé au parc Gallieni ainsi que celui d'Anderson BAGOE, ces deux amis se livrent à une animation des plus fabuleuses, leur succès reste encore gravé dans les mémoires.
De retour à PARIS, il forme son propre orchestre du nom de ” Orchestre Dels' Jazz Biguine ” comprenant :
Polo MALAHEL (guitare solo) - Germain ARACO (contrebasse) - René LEOPOLD (piano) - R. ALEXIS (guitare accompagnement) - Robert MONMARCHE (batterie) - Lui même à la clarinette.
C'est d'ailleurs avec ce même ensemble qu'il fait ses premiers enregistrements en Octobre 1935 (Martinique Habanera) puis en Novembre de cette même année (Complainte). En Février 1937, il enregistre une valse (Naomi) et une biguine de Polo MALAHEL ” Les deux Jumeaux “, pour cette fois l'ensemble est ” l'Orchestre Typique Martiniquais “. Toujours sous sa direction, en Avril 1937, ” l'Orchestre Dels' Jazz Biguine ” enregistre une rumba, (sous les tropiques) en plus des musiciens habituels, Claude MARTIAL remplace René LEOPOLD au piano et tient les maracas.
Eugène DELOUCHE, avec l'arrivée de la guerre 1939 - 1945, fait partie des musiciens obligés de quitter Paris pour aller travailler en zone libre sous la direction de Félix VALVERT, s'il est très bon clarinettiste, il excelle aussi au saxo.Sylvio SIOBUD
Bon compositeur de biguine et de mazurka, il se fait une réputation de maître en ce qui concerne la valse créole.
Dans le courant des années cinquante, il revient souvent à la MARTINIQUE en période de carnaval, tous se souviennent du tandem formé avec Polo MALAHEL qui est resté durant de nombreuses années son collaborateur fidèle, ensemble, ils enregistrent une vingtaine de disques.
Cordonnier de métier, musicien et compositeur émérite Eugène DELOUCHE termine sa vie comme chauffeur de taxi à Paris ; dans son appartement de Saint-Ouen, il continuait pourtant à fabriquer et à réparer des chaussures.
Il y décède en 1975.
(Aude BAGOE)
POUR EN SAVOIR PLUS CLIQUE ICI
http://alrmab.free.fr/eugdelouche.html  

------------------------------
-------------------------
[gv data="http://www.youtube.com/?v=ymxsX32_rrA"][/gv]  
Vintage Hits Viyéri- Mano Rétro-Cliqué Ici-
http://manoretro.unblog.fr/2011/08/29/  
Vintage Hits Viyéri- Mano Rétro-Vol-02-Cliqué Ici
http://manoretro.unblog.fr/2011/08/30/  
Mano Rétro Entretiens Musique : les interviews-Cliqué Ici
http://manoretro.unblog.fr/2011/08/28/  
Vintage Hits Viyéri- Mano Rétro-Vol-07
http://manoretro.unblog.fr/2011/09/  
Vintage Hits Viyéri- Mano Rétro-Vol-10
http://manoretro.unblog.fr/2011/09/  

---------------------///////----------------
MANO RADIO CARAÏBES
Et n'oubliez pas, ami.... Visitez Mon site
aussi souvent que vous le pouvez... et merci ! ... n'oubliez pas d'informer vos amis !
Je vous remercie
Cliqué ICI
http://manoretro.unblog.fr/  
http://martelkapale.unblog.fr/  
http://www.manoradiocaraibes.com/  
http://www.manomerci.com/  
Eugène DELOUCHE-MERCI
Eugène Delouche -MERCI

Eugène Passion Delouche est né Ie 28 mars 1909 à Marigot,

commune de la côte nord-est de la Martinique

Décédé le 09-Août-1975 à Paris d'un accident Vasculaure Cérébral.
---------------------
---------
-------------------------
[gv data="http://www.youtube.com/?v=ymxsX32_rrA"][/gv]
Vintage Hits Viyéri- Mano Rétro-Cliqué Ici-
http://manoretro.unblog.fr/2011/08/29/  
Vintage Hits Viyéri- Mano Rétro-Vol-02-Cliqué Ici
http://manoretro.unblog.fr/2011/08/30/  
Mano Rétro Entretiens Musique : les interviews-Cliqué Ici
http://manoretro.unblog.fr/2011/08/28/  
Vintage Hits Viyéri- Mano Rétro-Vol-07
http://manoretro.unblog.fr/2011/09/  
Vintage Hits Viyéri- Mano Rétro-Vol-10
http://manoretro.unblog.fr/2011/09/  

---------------------///////----------------
MANO RADIO CARAÏBES
Et n'oubliez pas, ami.... Visitez Mon site
aussi souvent que vous le pouvez... et merci ! ... n'oubliez pas d'informer vos amis !
Je vous remercie
Cliqué ICI
http://manoretro.unblog.fr/  
http://martelkapale.unblog.fr/  
http://www.manoradiocaraibes.com/  
http://www.manomerci.com/  
 
 
Vign_eugenedelouche3

 

Eugène Delouche


Eugène Delouche (Luis Passio d'inez) est un clarinettiste martiniquais, né le 28 mars 1909 commune du Marigot (anciennement Fond d'Or) et décédé le 9 août 1975 à Saint-Ouen


Biographie


Adolescent, il fait son apprentissage dans la cordonnerie puis il étudie ensuite à l’école des Arts et Métiers de Fort-de-France. Très tôt, il a l’amour de la musique et du chant. Il apprend tout d'abord le violon, mais après avoir entendu jouer Alexandre Stellio, il adopte la clarinette. Aidé par une excellente oreille et à force de travail, il fait seul son apprentissage tout à la fois de l'instrument, du rythme et du style créole martiniquais et de la composition.En 1928, il assure quelques remplacements dans l'orchestre du cinéma Gaumont de Fort-de-France.En 1929, il prend la direction de l'orchestre du cinéma Gaumont de Fort-de-France.Fin 1931, il arrive à Paris et joue au cabaret 'La Boule Blanche' en compagnie du banjoïste Robert Charlery, du batteur Bernard Zelier et du pianiste Victor Collat.Début 1932, premiers disques de "l'orchestre typique martiniquais Charlery-Delouche" chez Odéon.De fin 1932 et jusqu’en 1935, il décroche divers contrats dans la plupart des orchestres et cabarets parisiens puis il jouera en Tunisie, à Rome et à Vienne.En 1935, il est de retour à la Martinique pour participer aux fêtes du " tricentenaire ".Durant l'année 1935, il se met au saxophone et ajoute le jazz à son répertoire. Il forme son propre groupe "l'Orchestre Del's Jazz Biguine" comprenant : Pollo Malahel (guitare solo), German Araco (contrebasse), René Léopold (piano), R. Alexis (guitare accompagnement), Robert Mommarché (batterie) et lui-même à la clarinette.»De 1932 à 1937, il enregistre pour Odéon, Pathé, Ultraphone, Gramophone et La voix de son maitre sous les noms de "L'orchestre typique martiniquais" ou du "Del's jazz Biguine".De 1939 à 1942, il joue avec les "Feli's Boys" du chef d'orchestre guadeloupéen Félix Valvert au dancing de La Coupole à Montparnasse.À partir de 1942 et jusqu'en 1944, Il travaille comme facteur d'orgues le jour et musicien dans divers orchestres, le soir. Après la Libération, il reprend son métier de musicien à plein temps. Bon compositeur de biguine et de mazurka, il se fait une réputation de maître en ce qui concerne la valse créole.En 1950, il est admis à la SACEM et dépose le pseudonyme "Luis Passio d'Inez" pour certaines de ses compositions.En 1951, il se lance dans l'édition de sa musique, Il retranscrit, grave, imprime, diffuse lui-même toutes ses œuvres et fonde "Les Disques RITMO" (78 tours).En 1953, il participe au carnaval de la Martinique. À cette occasion, il découvre le jeune David Martial qu'il incitera à venir se lancer à Paris.Fin 1953, il enregistre ses derniers 78 tours à Paris.En 1957, il enseigne la clarinette à Gérard Tarquin, fondateur de l'orchestre "Les Haricots Rouges".Jusqu'en 1970, il se produit en musicien individuel dans diverses formations pendant une quinzaine d'années, animant bals, spectacles et galas. Il se rend régulièrement à la Martinique notamment à l'occasion des Carnavals.Dans ses dernières années, en retrait de la musique, Eugène Delouche s'est reconverti dans la profession de chauffeur de taxi Victime d'un malaise à son domicile où il vivait seul à Saint-Ouen, il est décédé le 9 août 1975.Discographie[modifier | modifier le wikicode]Eugène Delouche a laissé une abondante production phonographique, 58 faces de 78 tours enregistrées de 1932 à 1938 pour quatre marques de disques. Mais aussi 21 disques 78 tours étalés de 1951 à 1953 et numérotés de 1 à 22. enregistrés avec son orchestre "Del’s Jazz Biguine".
Avant 1975[modifier | modifier le wikicode]1951LA FIGUIÉBiguineEd. RITMO N° 1Face A1951VOISINE EN MOINBiguineEd. RITMO N° 1Face B1951DEUX RIVALES (Les)BiguineEd. RITMO N° 2Face A1951GUARACHA DE AMORGuarachaEd. RITMO N° 2Face B1951RETOUR AU PAYBiguineEd. RITMO N° 3Face A1951TES YEUX !ValseEd. RITMO N° 3Face B1951VIENS DONC DANSERSamBaEd. RITMO N° 4Face A1951LAETITIAMazurka créoleEd. RITMO N° 4Face B1952MARTINIQUEBoléroEd. RITMO N° 5Face A1952GIL MAMBOMamBoEd. RITMO N° 5Face B1952AFTER THE RAINBluesEd. RITMO N° 6Face A1952LAST SPLEENSlowEd. RITMO N° 6Face B1952MINABoléroEd. RITMO N° 7Face A1952REVERIEBoléroEd. RITMO N° 7Face B1952TI ROROBiguineEd. RITMO N° 8Face A1951MAGDALENA MIAValseEd. RITMO N° 8Face B1952DÉPI OU QUITTÉ MOIN (version instrumentale)BiguineEd. RITMO N° 9Face A1952SOIS PATIENTEValseEd. RITMO N° 9Face B1953RITMO DANCEGuarachaEd. RITMO N°10Face A1953COUP D'BATONBiguineEd. RITMO N°10Face B1953MATINICA MAMBOMamBoEd. RITMO N°11Face A1953MISSIÉBiguine-calypsoEd. RITMO N°11Face B1953CÉ FILONBiguineEd. RITMO N°12Face A1953NADHIASamBaEd. RITMO N°12Face B1953ÉDOUARLISEBiguineEd. RITMO N°14Face A1953SHELL X 100BiguineEd. RITMO N°14Face B1953FEMM' DÉLAISSÉEBiguineEd. RITMO N°15Face A1953BABY BAïONBaïonEd. RITMO N°15Face B1953ÇA QUI FÉ ÇABiguineEd. RITMO N°16Face A1953DESPUES DE TU ABANDONO (version espagnole)BoléroEd. RITMO N°16Face B1953MADININABiguineEd. RITMO N°17Face A1953MANGO ZOSamBaEd. RITMO N°17Face B1953LA MAZOUK EN AVANTMazurkaEd. RITMO N°18Face A1953MALANGUASamBaEd. RITMO N°18Face B1953L'HOMME SANS TETEBiguineEd. RITMO N°19Face A1953CASITABoléroEd. RITMO N°19Face B1953EN TI PUNCHBiguineEd. RITMO N°20Face A1953RAYO DE SOLBoléroEd. RITMO N°20Face B1953TI CHABINE MANZÉ TITINE LABiguineEd. RITMO N°21Face A1953AGE ATOMIQUE (L')MazurkaEd. RITMO N°21Face B1953PORQUE MANOLOPaso-doBleEd. RITMO N°22Face A1953LOIN DE MON ILEValseEd. RITMO N°22Face B1953DÉPI OU QUITTÉ MOIN (version chantée)BiguineEd. RITMO N°23Face A1953DESPUES DE TU ABANDONO (version française)BoléroEd. RITMO N°23Face BAprès 1975[modifier | modifier le wikicode]La liste suivante est un inventaire chronologique non exhaustif de productions dans lesquelles on trouve des œuvres originales numérisées ( à partir de 78 tours ou 33 tours) ou des interprétations contemporaines.
1990EUGENE DELOUCHE : VOLUME 1 (SULLY CALLY PRODUCTION COLLECTION PATRIMOINE)1992EUGENE DELOUCHE : VOLUME 2 (SULLY CALLY PRODUCTION COLLECTION PATRIMOINE)1993BIGUINE VOL1 - BIGUINE - VALSE - MAZURKA CREOLES / 1929-19401993CREOLE BIGUINES FROM MARTINIQUE: AU BAL ANTILLAIS - MF35301994BIGUINE VOL2 - BIGUINE - VALSE - MAZURKA CREOLES / 1930-19431995BIGUINE VOL3 - BIGUINE - VALSE - MAZURKA CREOLES / 1930-19441996L'AGE D'OR DE LA BIGUINE - MF35321996MUSIC OF MARTINIQUE 1929-1950 - MF35311997SWING CARAIBE CARIBBEAN JAZZ PIONEERS IN PARIS 1929 – 19462005GERARD TARQUIN - COEUR DE CHAUFFE2006ORCHESTRE CLASSICS: Les deux jumeaux2011BIGUINE, VALSE ET MAZURKA DES ANTILLES FRANÇAISES 1940-1966 - FA53402011Anthologie des musiques de danse du monde Vol2 - FA53422011Del' Jazz Biguine «  Les années RITMO » - FA5352Références[modifier | modifier le wikicode]↑ entre autres livret du double CD "Del's Jazz Biguine" les années RITMO aux éditions Fremeaux & AssociésLiens externes

SOURCE: Wikipédia

pour lire la suite veuillez cliquez ICI
http://fr.wikipedia.org/wiki/Eug%C3%A8ne_Delouche
 
Vign_eugene_delouche_3
 
Vign_eugene_delouche-1
 
Vign_eugene_delouche_5
 
Vign_eugene_delouche_vol1
 
Vign_eugenedelouche3
 
Vign_eugenedelouche4
 
Vign_eugenedelouche5
 
Vign_eugenedelouche2
 
Vign_EUGENE_DELOUCHE_Vol2
 
Vign_delouche
 
Vign_images
 
 

vign1_davidmartialmerci

vign1_dels-jazz-biguine-1951-1953-eugene-delouche

vign1_EUGENE_DELOUCHE_Vol2
 

vign1_eugenedelouche3

vign1_eugenedelouche4

vign1_eugenedelouche5

vign1_davidmartialmerci
 
Vign_eugenedelouche2
 
Vign_dels-jazz-biguine-1951-1953-eugene-delouche

 

DEL’S JAZZ BIGUINE 1951-1953 -
EUGENE DELOUCHE Les années RITMO (Paris 1951-1953)
Direction artistique : JEAN PIERRE MEUNIERLabel :
FREMEAUX & ASSOCIESNombre de CD : 2Vous pouvez acheter ce produit :
- Chez votre libraire ou maison de la presse (Frémeaux & Associés distribution)-
 Chez votre disquaire, Fnac ou Virgin (distribution : Socadisc)-
Sur lalibrairiesonore.com- Sur librairie-audio.com Pré écoute de certains produits! -
Par téléphone au 01.43.74.90.24
 
Vign_eugenedelouche4
 
Vign_delouche
 
Vign_eugenedelouche5
 
Vign_dels-jazz-biguine-1951-1953-eugene-delouche
 
Vign_44
 
Vign_davidmartialmerci
 
Vign_eugenedelouche3
© 2011
Créer un site avec WebSelf