NOU KA SONJÉ
YO
CÉ LI MINME KI LA
Histoire de la radio à la MARTINIQUE
Vign_radio
Histoire de la radio 

Aller à : Navigation, rechercher L'histoire de la radio accompagne l'histoire de la fin du XIXe siècle et celle du XXe siècle, grâce à une suite de découvertes et d'inventions qui en se complétant, ont abouti aux télécommunications modernes.
 

L'invention de la radio est une œuvre collective, qui part de la découverte des ondes électromagnétiques, de l'invention du télégraphe, et aboutit aux premiers matériels utilisables pour communiquer sans fil :

1840 : Samuel Morse invente le télégraphe, son assistant Ernest Vail invente le code dit Morse.
1866 : Mahlon Loomis revendique la première transmission sans fil en Virginie
1883 : Thomas Edison invente le tube à vide à deux électrodes ou diode, sans cependant en percevoir les bénéfices ou les usages notamment le redressement du courant alternatif. Edison était d'ailleurs beaucoup plus intéressé aux utilisations du courant continu dans l'éclairage.
1886-1888 : Heinrich Rudolf Hertz met en évidence les ondes radio par le biais de l'expérience de Hertz. Elles seront appelées « ondes

hertziennes » en son honneur.


1889 : Tesla réalise un générateur hautes fréquences (15 kHz) ; en 1893, il expérimente la première communication radio.
1890 : Branly découvre le principe de la radioconduction et met au point le premier détecteur d'ondes sensible, le radioconducteur, qui prendra le nom de cohéreur contre l'avis de son inventeur. L'origine du mot cohéreur est purement anglophone où le verbe 'to cohere' signifie se rattacher ... exactement comme les grains de limaille de fer se rattachaient les uns aux autres dans le radioconducteur.
1891 et 1893 : Tesla brevette le système sans fil Tesla (radio télégraphe) et met au point des lampes électroniques froides.
1893 : Le professeur Alexandre Popov de Saint-Pétersbourg, découvre le principe de l'antenne qui va permettre des liaisons à grande distance. Plus tard il découvre sans y prêter attention la jonction et l'effet d'amplification par semi-conducteurs (environ 40 ans avant la

découverte du transistor
 

1895 : Guglielmo Marconi expérimente les premières liaisons hertziennes à la Villa Griffone en Italie et franchit une étape significative de la télégraphie sans fil à Salvan (Valais) dans les Alpes suisses, durant l'été 1895. Salvan a été reconnu par l'association mondiale des ingénieurs (IEEE)  et honoré par l'UIT (Union internationale des télécommunications) comme l'un des berceaux des télécommunications en 2008.
1898 : Le 3 août, en présence du Ministre de la Marine, le lieutenant de vaisseau Camille Tissot établit la première liaison radio opérationnelle française en mer: 1 800 mètres entre le Borda et le sémaphore du Parc aux Ducs à Brest. Convaincu, le Ministre prescrit le 6 août au port de Brest, de financer à Camille Tissot l’achat de matériel pour lui permettre de poursuivre ses essais.
1898 : en octobre Eugène Ducretet établit la première liaison télégraphique hertzienne entre la tour Eiffel et le Panthéon de Paris, distant de quatre kilomètres.
1900 : En France, le capitaine Gustave Ferrié met au point le détecteur électrolytique. Plus sensible que le cohéreur de Branly, il permet l'écoute au casque des messages télégraphiques.
1901 : Marconi effectue la première liaison transatlantique entre Terre-neuve et la Cornouailles
1906 : Première transmission de la voix par radio réussie, aux États-Unis par Réginald Fessenden la nuit de Noël[4].
Le 30 août 1906 : Greenleaf Whittier Pickard posa un brevet qui fut approuvé le 20 novembre 1906 pour un détecteur de cristal plus simple que le détecteur de Gustave Ferrié. Puis avec Dunwoody, Pickard inventent le poste à galène, il permet de créer les premiers postes récepteurs de radiodiffusion.
1907 : L'Américain Lee De Forest invente la première lampe amplificatrice à cathode chaude (triode) qui sera le départ de toute l'industrie radio-électronique.

Les premières applications

La première application spectaculaire fut la sécurité maritime. Les paquebots s'équipent de la radiotélégraphie, et des stations côtières sont opérationnelles dès 1904.
La première liaison commerciale transatlantique fonctionne en 1907 entre l'Irlande et Terre-Neuve.
En 1899, le lieutenant de vaisseau Camille Tissot équipe la Marine nationale de la TSF. Puis la station Ouessant TSF effectue des transmissions sans fil avec la Marine nationale de Brest.
Dès 1904 : la station Ouessant TSF avec l'Indicatif (radio) FFU (station Française Fixe de Ushant), effectue des liaisons radiotélégraphiques  sur la longueur d'onde des 600 mètres avec une flotte de 80 paquebots.
Deux naufrages célèbres ont montré l'efficacité de la radio :

en 1909, 920 passagers sont sauvés lors de la collision République-Florida grâce à l'appel en TSF.
Le Titanic utilise pour la première fois le code SOS en 1912, 700 passagers sont sauvés par le Carpathia.
Les premières bandes radios partagées entre services font leurs apparitions.
La TSF

Les premiers programmes quotidiens de radiodiffusion débutent en 1920 en Angleterre (Marconi company), aux États-Unis à Washington DC (KDKA) et Pittsburgh, ainsi qu'en URSS. En décembre 1921 Radio Tour Eiffel diffuse un premier concert avec un émetteur de 900 W à la longueur d'onde de 2 650 m.
En octobre 1922, la Société Française Radio-Électrique obtient l'autorisation d'effectuer, à titre expérimental, des émissions radiophoniques quotidiennes. À partir du 6 novembre 1922 sont organisés les concerts Radiola qui vont révéler la radiodiffusion au grand public. Les émissions Radiola sont effectuées par le poste radio-électrique de l'usine S.F.R. de Levallois avec une puissance antenne de 2 kilowatts.

La radio est utilisée pour la première fois pour une campagne électorale en 1925 par Herbert Hoover, et en 1938 Orson Welles diffuse une émission de science-fiction sur une attaque martienne, si réaliste que les auditeurs affolés descendent dans la rue. 

La Seconde Guerre mondiale

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les laboratoires des belligérants perfectionnent des applications nouvelles :

Le radar développé par Allemands, Anglais et Américains, qui avertit des raids aériens. Il détecta l'attaque sur Pearl Harbor.
Article détaillé : Histoire du radar.La radionavigation, avec la gonio automatique à cadre croisé, le LORAN, le CONSOL puis le Decca
Le brouillage radio, appliqué systématiquement sur Radio Londres
Le cryptage avec le célèbre crypteur Enigma des sous-mariniers allemands.
Des milliers d'émetteurs-récepteurs mobiles équipent chars, avions et commandement. Le problème de l'alimentation en 12 V ou 24 V est résolu par le convertisseur tournant « dynamotor » ou par des convertisseurs à vibreurs et transformateurs.

Les radios servent de support à la propagande, comme la radio du Reich, la Großdeutscher Rundfunk, tandis que la BBC est écoutée pendant le couvre-feu, et transmet sur Radio Londres des informations codées vers la Résistance :

« Radio Paris ment, Radio Paris ment, Radio Paris est allemand... »
« Ici Londres, les Français parlent aux Français... » et surtout le fameux « appel du 18 Juin 1940 », font définitivement entrer la radiodiffusion dans l'histoire.

Les années 1950

Tandis que des milliers d'émetteurs et de récepteurs militaires déclassés permettent aux radioamateurs de s'équiper dans les « surplus », avec les « Fug » allemands et les « command set » américains, la radio se développe et le récepteur grand public se standardise :

Le récepteur « toutes ondes » couvrant GO PO et OC est dans toutes les familles. C'est un superhétérodyne à 5 ou 6 tubes avec cadre orientable interne, une entrée « pick-up » pour écouter les premiers microsillons, un « œil magique » pour le réglage, un cadran à aiguille et ficelle commandant un condensateur variable d'accord, une façade en tissus et bois vernis. Le cadran indique les noms des stations comme Radio Paris, Paris Inter, BBC, Radio-Luxembourg...

Les récepteurs « tous courants », sans transformateurs, sont plus légers et surtout, grâce à un jeu de tubes spéciaux à filament en série, peuvent être alimentés en 110 V continu. Certains quartiers de Paris ont encore en 1950 un secteur en courant continu.

Les tubes miniatures remplacent les tubes octal, les auto-radio à tubes apparaissent, avec des mémoires mécaniques de stations.

Le transistor

Les premiers postes à transistor dans les années 1960, vite appelés « transistors », permettent d'écouter la radio partout, en vacances, dans la rue, sur la plage, en « surboum », la radio n'est plus familiale mais individuelle.

Dans le monde professionnel, le transistor remplace d'abord progressivement les tubes, puis ouvre de nouveaux horizons : circuits intégrés, mobile, etc. L'histoire de la radio devient la radio moderne.

Bibliographie

Vingt-cinq Années de T.S.F., Société Française Radio-Électrique, Paris 1935
Jean-François Remonté, Les Années Radio, L'Arpenteur, Paris 1989
Yves Fournier et Freddy Gardiol, Marconi et Salvan : à l'aube de la télégraphie sans fil, Porte-Plumes, Ayer, 2009
 
Mano Radio Caraïbes
http://www.manoradiocaraibes.com  
http://www.manomerci.com  
http://manoretro.unblog.fr/  
http://emission.unblog.fr/  
martel.loutoby@orange.fr  
http://fr-fr.facebook.com/  
http://martelkapale.unblog.fr/  
Portable:0696919145
Portable:0696840553




RADIO A LA MARTINIQUE
Vign_radio_2
MANO RADIO CARAÏBES
NOU KA SONJE YO



DISQUE- VINYLE Qui aurait cru au début du siècle dernier que le Gramophone allait Muter,se transformer en plusieurs véhicules Sonores pour Finalement ressembler à un Lecteur de MP3, Minuscule boîtier Pouvant contenir à lui Seul des milliers de pièces musicales ?
L'aventure du Son,de sa diffusion, de sa reproduction ne cesse de prendre des formes différentes,de plus en plus compactes tout en s'investissant d'une puissance sans cesse croissante. mais ses débuts ont plutôt été maladroits. La plupart des historiens situe le début de l'histoire du son,à titre d'entité mémorisable,à partir de la découverte de Scott et de son phonautographe,un appareil à enregistrer le son ,en 1857.Ving ans plus tard,THOMAS EDISON propose une version perfectionnée de l'appareil à enregister,le gramophone,qu'il fait breveté en 1877. Mais en 1885, Grahan Bell,L'inventeur du Téléphone, dépose un Brevet pour le graphophone qui enregistre le son sur un Cylindre de cire. la mémoire du son se grave à l'aide d'un stylet qui creuse des sillons sur un cylindre de cire à partir des modulations de la voix. l'enregistrement est ensuite restitué depuis le cylindre de cire durcie et d'une pointe mousse qui se substitut au stylet.
Le cylindre ayant ses limites,Berliner,en 1887,lance sur le marché le disque plat,Fabriqué d'abord en verre,plus tard en Zinc et finalement en vulcanite et dont la gravure est latérale.Toutefois,le cylindre comme support persiste dans la pratique.Dès 1908,on passe aux cylindres d'audition longue durée ( 4 minutes au lieu de 2 ),ce qui améliore nettement la performance sonore des enregistrements avec une densité de sillons qui passe de 100 à 200 sillons par pouce. Cependant, la société Colombia voit l'avantage du nouveau support de vulcanite et remplace les cylindres par le DISQUE PLAT l'année suivante. Edison qui ,depuis que son invention a été perfectionnée par BELL, S'est associé avec ce dernier,n'a pas le choix de suivre l'innovation du DISQUE et en 1913, il se lance dans la facture d'appareils à disque.
MANO RCI LIVE
il ouvre un atelier de Réparation,

Route des Religieuses ( la Ravine)
Atelier quil doit fermer dès 1965,
 pour effectuer son service Nationnal en Guadeloupe

Mano Radio Caraïbes
http://www.manoradiocaraibes.com  
http://www.manomerci.com  
http://manoretro.unblog.fr/  
http://emission.unblog.fr/  
martel.loutoby@orange.fr  
http://fr-fr.facebook.com/  
http://martelkapale.unblog.fr/  
Portable:0696919145
Portable:0696840553
radio_antre_a_la_martinique-mano_radio_caraibes
Mano LOUTOBY -Collection Privée Radio -1950-1960
 
Histoire de la radio
Vign_bushtr82repro
Histoire de la radio 

L'histoire de la radio accompagne l'histoire de la fin du XIXe siècle et celle du XXe siècle, grâce à une suite de découvertes et d'inventions qui en se complétant, ont abouti aux télécommunications modernes.

Les précurseurs

L'invention de la radio est une œuvre collective, qui part de la découverte des ondes électromagnétiques, de l'invention du télégraphe, et aboutit aux premiers matériels utilisables pour communiquer sans fil :
1841 : Samuel Morse invente le télégraphe, son assistant Ernest Vail invente le code dit Morse.
1866 : Mahlon Loomis revendique la première transmission sans fil en Virginie
1883 : Thomas Edison invente le tube à vide à deux électrodes ou diode, sans cependant en percevoir les bénéfices ou les usages notamment le redressement du courant alternatif. Edison était d'ailleurs beaucoup plus intéressé aux utilisations du courant continu dans l'éclairage.
1886-1888 : Heinrich Rudolf Hertz met en évidence les ondes radio par le biais de l'expérience de Hertz. Elles seront appelées « ondes hertziennes » en son honneur.
1889 : Tesla réalise un générateur hautes fréquences (15 kHz) ; en 1893, il expérimente la première communication radio.
1890 : Branly découvre le principe de la radioconduction et met au point le premier détecteur d'ondes sensible, le radioconducteur, qui prendra le nom de cohéreur contre l'avis de son inventeur. L'origine du mot cohéreur est purement anglophone où le verbe 'to cohere' signifie se rattacher ... exactement comme les grains de limaille de fer se rattachaient les uns aux autres dans le radioconducteur.
1891 et 1893 : Tesla brevette le système sans fil Tesla (radio télégraphe) et met au point des lampes électroniques froides.
1893 : Le professeur Alexandre Popov de Saint-Pétersbourg, découvre le principe de l'antenne qui va permettre des liaisons à grande distance. Plus tard il découvre sans y prêter attention la jonction et l'effet d'amplification par semi-conducteurs (environ 40 ans avant la découverte du transistor)
1895 : Guglielmo Marconi expérimente les premières liaisons hertziennes à la Villa Griffone en Italie et franchit une étape significative de la télégraphie sans fil à Salvan (Valais) dans les Alpes suisses, durant l'été 18951,2. Salvan a été reconnu par l'association mondiale des ingénieurs (IEEE)3 et honoré par l'UIT comme l'un des berceaux des télécommunications en 2008.
1898 : Le 3 août, en présence du Ministre de la Marine, le lieutenant de vaisseau Camille Tissot établit la première liaison radio opérationnelle française en mer: 1 800 mètres entre le Borda et le sémaphore du Parc aux Ducs à Brest. Convaincu, le Ministre prescrit le 6 août au port de Brest, de financer à Camille Tissot l’achat de matériel pour lui permettre de poursuivre ses essais.
1898 : en octobre Eugène Ducretet établit la première liaison télégraphique hertzienne entre la tour Eiffel et le Panthéon de Paris, distant de quatre kilomètres.
1900 : En France, le capitaine Gustave Ferrié met au point le détecteur électrolytique. Plus sensible que le cohéreur de Branly, il permet l'écoute au casque des messages télégraphiques.
1901 : Marconi effectue la première liaison transatlantique entre Terre-neuve et la Cornouailles
1906 : Première transmission de la voix par radio réussie, aux États-Unis par Réginald Fessenden la nuit de Noël4.
Le 30 août 1906 : Greenleaf Whittier Pickard posa un brevet qui fut approuvé le 20 novembre 19065 pour un détecteur de cristal plus simple que le détecteur de Gustave Ferrié. Puis avec Dunwoody, Pickard inventent le poste à galène, il permet de créer les premiers postes récepteurs de radiodiffusion.
1907 : L'Américain Lee De Forest invente la première lampe amplificatrice à cathode chaude (triode) qui sera le départ de toute l'industrie radio-électronique.

Les premières applications
En 1899, le lieutenant de vaisseau Camille Tissot équipe la Marine nationale de la TSF. Puis la station Ouessant TSF effectue des transmissions sans fil avec la Marine nationale de Brest.
La première application spectaculaire de la TSF est la sécurité maritime. Des le début du 20eme sicle, les paquebots s'équipent de la radiotélégraphie.6
Dès 1904 : la station Ouessant TSF avec l'Indicatif (radio) FFU (station Française Fixe de Ushant), effectue des liaisons radiotélégraphiques 7 sur la longueur d'onde des 600 mètres avec une flotte de 80 paquebots.
La première liaison commerciale transatlantique fonctionne en 1907 entre l'Irlande et Terre-Neuve.

Deux naufrages célèbres ont montré l'efficacité de la radio :
en 1909, 920 passagers sont sauvés lors de la collision République-Florida grâce à l'appel en TSF.
Le Titanic utilise pour la première fois le code SOS en 1912, 700 passagers sont sauvés par le Carpathia8.

Vers 1913, Les premières bandes radios partagées entre services font leurs apparitions.

La TSF[modifier]


La TSF familiale
En 1920, les premiers programmes quotidiens de radiodiffusion débutent en Angleterre (Marconi company), aux États-Unis à Washington DC (KDKA) et Pittsburgh, ainsi qu'en URSS.

En décembre 1921 Radio Tour Eiffel diffuse un premier concert avec un émetteur de 900 W à la longueur d'onde de 2 650 m.

En octobre 1922, la Société française radio-électrique obtient l'autorisation d'effectuer, à titre expérimental, des émissions radiophoniques quotidiennes. À partir du 6 novembre 1922 sont organisés les concerts Radiola qui vont révéler la radiodiffusion au grand public. Les émissions Radiola sont effectuées par le poste radio-électrique de l'usine S.F.R. de Levallois avec une puissance d’émission de 2 kilowatts9.

En 1925, la radio est utilisée pour la première fois pour une campagne électorale par Herbert Hoover.

En 1938 Orson Welles diffuse une émission de radio-réalité sur une attaque martienne, si réaliste que les auditeurs affolés descendent dans la rue. 10

La Seconde Guerre mondiale

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les laboratoires des belligérants perfectionnent des applications nouvelles :
Le radar développé par Allemands, Anglais et Américains, qui avertit des raids aériens. Il détecta l'attaque sur Pearl Harbor.

Article détaillé : Histoire du radar.
La radionavigation, avec la gonio automatique à cadre croisé, le LORAN, le CONSOL puis le Decca
Le brouillage radio, appliqué systématiquement sur Radio Londres
Le cryptage avec le célèbre crypteur Enigma des sous-mariniers allemands.

Des milliers d'émetteurs-récepteurs mobiles équipent chars, avions et commandement. Le problème de l'alimentation en 12 V ou 24 V est résolu par le convertisseur tournant « dynamotor » ou par des convertisseurs à vibreurs et transformateurs.

Les radios servent de support à la propagande, comme la radio du Reich, la Großdeutscher Rundfunk, tandis que la BBC est écoutée pendant le couvre-feu, et transmet sur Radio Londres des informations codées vers la Résistance :

Deux slogans émis par la BBC:
« Radio Paris ment, Radio Paris ment, Radio Paris est allemand... » de Pierre Dac
« Ici Londres, les Français parlent aux Français... »

et le fameux « appel du 18 Juin 1940 », du général De Gaulle font entrer la radiodiffusion dans l'histoire11.

Les années 1950[modifier

Tandis que des milliers d'émetteurs et de récepteurs militaires déclassés permettent aux radioamateurs de s'équiper dans les « surplus », avec les « Fug » allemands et les « command set » américains, la radio se développe et le récepteur grand public se standardise :

Le récepteur « toutes ondes » couvrant GO12, PO13 et OC14 est dans toutes les familles. C'est un superhétérodyne à 5 ou 6 tubes avec cadre orientable interne15, une entrée « pick-up » pour écouter les premiers microsillons, un « œil magique » pour le réglage fin de la frequence, un cadran à aiguille et ficelle commandant un condensateur variable d'accord, une façade en tissus et bois vernis. Le cadran indique les noms des stations comme Radio Paris, Paris Inter, BBC, Radio-Luxembourg, etc alors qu'une aiguille désigne la station sélectionnée.

Les récepteurs « tous courants », sans transformateurs, sont plus légers et surtout, grâce à un jeu de tubes spéciaux à filament en série, peuvent être alimentés en 110 V continu. Certains quartiers de Paris ont encore en 1950 un secteur en courant continu.

Les tubes miniatures16 remplacent les tubes octal, les auto-radio à tubes apparaissent, avec des mémoires mécaniques de stations.

Le transistor[modifier]

Les premiers postes à transistor dans les années 1960, vite appelés « transistors », permettent d'écouter la radio partout, en vacances, dans la rue, sur la plage, en « surboum », la radio n'est plus familiale mais individuelle.

Dans le monde professionnel, le transistor remplace d'abord progressivement les tubes, puis ouvre de nouveaux horizons : circuits intégrés, mobile, etc. L'histoire de la radio devient la radio moderne.

Bibliographie[modifier]
Vingt-cinq Années de T.S.F., Société Française Radio-Électrique, Paris 1935
Jean-François Remonté, Les Années Radio, L'Arpenteur, Paris 1989
Yves Fournier et Freddy Gardiol, Marconi et Salvan : à l'aube de la télégraphie sans fil, Porte-Plumes, Ayer, 2009

Notes et références[modifier]

1.↑ De la radio au Natel [archive] Sur le site fondation-marconi.ch
2.↑ Station Marconi Suisse HB9GM [archive]
3.↑ IEEE - IEEE History Center [archive]
4.↑ Jean-François Remonté, Les années radio, p. 7
5.↑ www.bellsystemmemorial.com/belllabs_transistor1.html
6.↑ le cuirassé Russe "AMIRAL D'APRAXINE" est retenu dans les glaces [archive] Sur le site f6ddr.fr
7.↑ Arrêté du 7 octobre 1904 Le Ministre du Commerce de l'Industrie et des Postes et Télégraphes arrête : La station radiotélégraphique d'Ouessant est ouverte à partir du 10 octobre 1904 à l'échange des correspondances privées avec les navires en mer.
8.↑ QUID 92 page 1151
9.↑ Vingt-cinq années de T.S.F., S.F.R., p.132-133.
10.↑ QUID 92 page 1152
11.↑ Dossier 18 juin - La radio diffusion en 1939 et 1940, par JP Claudel [archive] Sur le site charles-de-gaulle.org
12.↑ Grandes ondes
13.↑ Petites ondes
14.↑ Ondes courtes
15.↑ Antenne directrice permettant de mieux les ondes
16.↑ Deux fois plus petit que les premiers modèles
-------------------
 
Vign_bushtr82repro
 
Vign_02
 
Vign_3
 
Vign_4
 
Vign_5
 
Vign_6
 
Vign_8
 
Vign_10
 
Vign_19
 
Vign_15
 
Vign_240
 
Vign_1000
 
Vign_2222
 
Vign_5454
 
Vign_5555
 
Vign_vintage-french-sonorette-model-50-midget-bakelite-radio_190630805378
 
Vign_vintage-philips-portable-transistor-radio_320693774084
 
Vign_img_3634
 
Vign_vintage-philips-b4x23a-69-tube-radio_290542648174
 
Vign_grundig-stereo-concert-boy-transistor-4000-2
 
Vign_img_2469
 
Vign_rp17a
 
Vign_12312866928cqu41
 
Vign_7
 
Vign_motorola-tube-radio-60s-atomic-deco-clock-radio-remarkable-condition-warranty_390383116485
 
Vign_rare-green-swirled-general-television-a-tube-radio-1947-no-reserve_160718076328
 
Vign_vtg-gold-star-ktf-1-kowa-portable-fm-am-11-transistor-radio-works-good-japan_110809981277
 
Vign_record_cleaning9
 
Vign_transi16
 
Vign_tbta6cagmic6zcpbgqqsek3oo1_500
 
Vign_4
 
Vign_transi15
© 2011
Créer un site avec WebSelf