NOU KA SONJÉ
YO
CÉ LI MINME KI LA
Ainsi Débuta RCI-1976
Vign_inmueble_gallet

GUY NOEL



GUY NOEL NOUS QUITTE A L’AGE DE 88 ANS



Voici quelques dates de la très longue carrière de GUY NOEL dans le Showbiz et surtout la Radio.
Je laisse, mon cher ami Roland GERBEAU, nous raconter comment il a connu GUY NOEL et tout ce qu’il a bien voulu retracer afin de lui rendre hommage sur ce site au aussi qu’on n’oublie pas un des précurseurs de la Radio.


1938 - Je rencontre GUY NOEL (Ce n’était pas son vrai nom, il s’appelait je crois G. LOUFKI, si ma mémoire est bonne) au dancing LE CHANTILLY où je débutais dans la carrière de chanteur d’orchestre ; après avoir fait trois mois dans le célèbre BAL BOUSCAT, Rue de Lape à la Bastille, GUY était présentateur, animateur, reporteur ; il retransmettait presque tous les jours de la semaine les matinées dansantes à l’heure du thé, pour la grande station de

RADIO CITE (L’Ange Rouge, Marcel DE LANOS),

L’Orchestre René LEMAIRE, (SHANGAÎ, MARIO KELFI,

TONY BENK), La Coupole (BACHICHA) etc… de 16 h 30 à 17 h 30, (au CHANTILLY RAMON, MENDIZABAL, Guy VISEUR, et

Oscar ALEMAN). Guy NOEL était très jeune (20 ans) et il avait beaucoup à faire, à RADIO CITE dont le Directeur Jacques CANNETTI était le Directeur. Pendant presque un an, toutes les semaines, il me présentait à la Radio, c’était presque la gloire pour moi, qui sortait de mon usine d’imprimerie, j’avais 18 ans.
1939 – La drôle de guerre, la guerre, l’occupation, moi je pars, soldat 10 jours, puis les camps de jeunesse, je perds de vue Guy NOEL et ne le reverrai qu’après des années à la Libération.
1945 – Guy préparait à la Radio, à la R.T.F. il avait une belle carrière devant lui ; il est aussi occasionnellement, à Radio 37, une nouvelle Station à Paris, rue François Ier. Il questionne les personnalités dans des émissions déjà "people" genre Bar des Vedettes.
Il a aussi son Studio personnel car il a toujours eu un Studio à lui où il rêvait de produire lui-même des émissions, c’était un novateur.

Rue Burq, à Montmartre, les studios d’enregistrement de

PATHE MARCONI étant en mutation, il enregistre chez lui Rue Burq, sur des machines prêtées par PATHE et 50 musiciens, "La mer" de TRENET, (chantée par Charles lui-même) ; ce sera le tube que l’on sait. J’étais avec Charles ce jour là, c’était par un bel après midi d’automne. Guy NOEL était très fort, très sympa, un bon copain.
1947 – Décembre, je pars en Amérique avec Joséphine BAKER et Jo BOUILLON où je vais rester 6 ans.
1948 – Je décide de partir à HOLLIWOOD (où je dois enregistrer MA CABANE AU CANADA et je chante dans un Club deux ans d’affilé, puis je pars au Mexique et à Cuba encore avec Joséphine BAKER

en 1950.
1953 – Je rentre à PARIS et je retrouve Guy NOEL qui a beaucoup d’émissions de promotion sur les artistes. Il me programme avec mon disque nouveau "Je chante aussi la pluie" et "Le manège aux souvenirs", etc… (O.R.T.F.).
1954 – Je pars au BRESIL avec Renée LEBAS, à SAO PAOLO, dans un Cabaret où je retrouve un ami, le grand Jean TRANCHANT qui est en exil et pianiste du bar où nous travaillons.
1956 - Je rentre en France, je retrouve Guy NOEL, qui travaille dans la Maison de disques ODEON où j’enregistre "Docteur Miracle" et

"La poupée magique", nous faisons beaucoup de radio.
1957 – Je repars à CUBA.
En 1956/57, Guy NOEL organise une tournée des plages dans toute la France, "la croisade de la bonne humeur", avec Georgette PLANA et une bande de jeunes talentueux dont aucun ne deviendra célèbre. Je chante et joue des sketches amusants avec des spectatrices, c’était très sympathique.
1960 – Je rentre en France et retrouve toujours Guy NOEL, puissant homme de spectacle, Animateur de ses propres émissions réalisées chez lui dans ses Studios.
1960 ou plus tard, Guy NOEL devient Directeur des disques BEL AIR, une filiale des disques BACLAY, dont la femme NICOLE est la Présidente. Guy avait été auparavant Directeur des disques C.B.S. France, avant que SONY ne reprenne la Marque.
1979/1982 – Epoque où l’on voit naître les Radios libres sous

François MITTERAND. Guy NOEL avec Raymond MARCILLAC créent une Radio clandestine sur un bateau en mer, au large des côtes anglaises et françaises et diffusent la nouvelle musique des USA. 1987 – Je viens de quitter PATHE MARCONI et Guy NOEL me demande de devenir animateur sur les antennes de sa plus belle création "RADIO MONTMARTRE" où pendant 6 ou 7 ans on m’a entendu nuit et jour sur l’antenne (rediffusion de mes K7) ; c’est là que je fais connaître ma chanson "SAINTE RITA" qui devient un succès.
1994 – Guy NOEL, après des problèmes avec le fourreur

"Pierre LE LOUP" qu’il avait intégré dans son organisation, perd RADIO MONTMARTRE. Je crois qu’il ne s’en guérira jamais.
1995/2000 – Il crée de petites stations, CHARTRES, COTE D’AZUR, etc… mais il n’y croit plus guère. Toujours en contact avec lui et Jeannette, sa femme, nous passions notre existence en revue au téléphone.


Jusqu’à ce jour du début Janvier 2006, j’ai appris la fatale nouvelle. Je voulais lui souhaiter une bonne année et lui parler de notre ami, très malade lui aussi, Marcel DE LANOS.



***

Merci mon très cher ROLAND de toutes ces précisions car malheureusement aujourd’hui, même sur Internet, on ne trouve rien de la carrière et de la vie de GUY NOEL, (et tu peux me croire j’ai passé des heures à faire des recherches) ; oublié comme tant d’autres qui ont pourtant fait beaucoup pour les auditeurs et y ont consacré leur vie pour finir dans l’oubli.

Permet que j’ajoute à tout ce que tu nous a appris un GRAND MERCI POSTHUME à GUY NOEL.

Monica

Pour en savoir plus clique ici
http://monicamelody.musicblog.fr/342853/GUY-NOEL/

 
Vign_inmueble_massale_1980
Historique
RADIO CARAIBES INTERNATIONAL (RCI) est une Station Radiophonique née  le 29-Janvier- 1960 à Sainte Lucie, sous l’impulsion d’un (?) français installé à Sainte Lucie, Monsieur Michel FERRY.

A l’origine, RCI émettait en ondes moyennes et en langue française à destination de la Martinique.

Michel FERRY avait réuni dès cette époque, une équipe extrêmement motivée qui comprenait entre autres Jean-Michel LEULLIOT et Maryse, Animatrice vedette à EUROPE N° 1.

En 1963, Michel FERRY est amené, pour des raisons familiales, à céder Radio Caraïbes International au Groupe anglais REDIFFUSION, qui exploitait des Stations de radio dans chacun des territoires alors colonies britanniques.

En 1967, REDIFFUSION, pour des raisons économiques, cesse l’exploitation de cette Station, devenue RADIO CARIBBEAN INTERNATIONAL.

En 1975, REDIFFUSION cède les actifs de Radio Caribbean à un français, Monsieur Guy NOEL qui, avec des moyens très réduits, redémarre l’exploitation de la Station.

L’antenne est alors partagée entre des émissions de langue française pour une durée journalière de treize heures et demie, et des émissions de langue anglaise pour une durée de cinq heures et demie.

RADIO CARAIBES INTERNATIONAL, station dont les programmes mettaient l’accent sur une politique d’information avec l’appui d’EUROPE N° 1, pluraliste, ouverte sur son environnement avec un ton nouveau et une politique d’animation de proximité incluant en particulier une large part de musique antillaise et d’expression créole, a alors très vite connu un grand succès.

En 1978, RADIO CARAIBES INTERNATIONAL est acquise par un groupe d’hommes de communication, Messieurs R. AUGIER, J. DAUPHIN et P. SALINGER.

Les nouveaux propriétaires mettent en place un plan de développement de la Station avec l’installation de studios à Fort de France où sont transférés la rédaction (à l’époque trois journalistes), puis en septembre 1980, l’ensemble de l’équipe de langue française à la suite de l’autorisation de mise en place d’une liaison hertzienne entre les studios de Fort de France et ceux de Castries.

Sur le plan juridique, l’ensemble est alors structuré :

. d’une part, en une société de droit français, fournisseur exclusif de programmes, la COMPAGNIE ANTILLAISE DE PROGRAMMES AUDIOVISUELS

. d’autre part, en une société de diffusion de droit Saint-Lucien, titulaire de l’autorisation d’émission, Radio Caribbean.

En 1979, RCI est la première station des Antilles Françaises à émettre en FM stéréo depuis le site de Ti Rocher à Sainte Lucie.

2 -

Cette même année, Radio Caribbean reprend les actifs de Radio Jumbo (dont son autorisation d’émettre dans l’île de la Dominique) et la Compagnie Antillaise de Programmes Audiovisuels installe un studio à Pointe à Pitre.

1979 voit aussi le cyclone DAVID ravager la partie centrale des Petites Antilles et détruire en totalité le système d’émission en Dominique. Les émissions de la Dominique vers la Guadeloupe, à partir des studios sis à Pointe à Pitre, reprennent en avril 1980.

En 1980, constitution d’une Société de régie avec HAVAS DOM et REGIE N° 1, REGIE CARAIBES N° 1.

Le cyclone ALLEN détruit la totalité du système d’émission à Sainte Lucie, au mois d’août de la même année.

En mai 1982, la SOCIETE FINANCIERE DE RADIODIFFUSION (SOFIRAD) qui gérait les participations de l’Etat dans l’audiovisuel privé acquiert l’ensemble constitué par Radio Caribbean, la Compagnie Antillaise de Programmes Audiovisuels et Régie Caraïbes n° 1

Le 13 novembre 1983, une bombe détruit la totalité des studios de RCI Guadeloupe à Pointe à Pitre.

En 1986, Radio Caribbean commence l’exploitation d’une Station de langue anglaise émettant en F.M. sur Sainte Lucie.

A cette époque, l’ensemble comporte donc trois Stations :

* une Station de langue anglaise émettant en F.M. sur Sainte Lucie, * une Station émettant en A.M. et F.M. à destination de la Guadeloupe depuis des studios installés à Gosier, * une Station émettant en A.M. et F.M. à destination de la Martinique depuis des studios installés à Fort de France.

En juillet 1987, dans le cadre des opérations préalables à la cession des Stations radiophoniques par la SOFIRAD, l’ensemble subit les modifications suivantes :

* les licences d’émission en langue française détenues par Radio Caribbean font l’objet d’une demande de transfert à de nouvelles entités de diffusion à la Dominique et à Sainte Lucie,

* la société de programmes - Compagnie Antillaise de Programmes Audiovisuels - n’exerce plus son activité que pour les émissions destinées à la Martinique en F.M.

* une nouvelle société de programmes - la Société Guadeloupéenne de Programmes Audiovisuels - SOGPA SA, Société Anonyme au capital de 300 000 Francs dont le nom commercial est RCI GUADELOUPE, est constituée à Pointe à Pitre et diffuse des émissions à destination de la Guadeloupe en F.M.

Le 29 avril 1988, l’ensemble CAPA SA et SOGPA SA est cédé à des investisseurs métropolitains et antillais. RCI est le premier médium majeur des Antilles dont le capital est partagé entre capitaux d’origine métropolitaine et capitaux d’origine antillaise.

En décembre 1988, la SOCIETE GUADELOUPEENNE DE PROGRAMMES AUDIOVISUELS est augmenté ouvre son capital à de nouveaux partenaires guadeloupéens.

3 -

Les Sociétés CAPA SA et SOGPA SA ont poursuivi une politique commune de développement avec la création de :

RCI SAINT MARTIN - NORD COMMUNICATION, SNC crée la seule Station de langue française dans cette île au nord de l’archipel guadeloupéen et diffuse le programme RCI 2 à Saint Martin, Saint Barthelemy, Montserrat, Antigue, la Guadeloupe et la Martinique. RCI a cessé sa diffusion au profit dune franchise NRJ.

EDIMART, Société d’édition musicale,

CAPA SA - RCI MARTINIQUE détient à parité avec SOGPA SA - RCI GUADELOUPE, la totalité du capital de deux SARL, SOMATEL (Société Martiniquaise de Télévision) et SOGUATEL (Société Guadeloupéenne de Télévision) qui ont préparé le dossier de candidature de TCI MARTINIQUE et TCI GUADELOUPE et possèdent les participations du Groupe RCI dans le capital de TCI MARTINIQUE, TCI GUADELOUPE et TELE CARAIBES N° 1.

RCI Aujourd’hui

Les sociétés Somatel et Soguatel ont cessé leur activité avec l’arrêt de TCI Martinique et de TCI Guadeloupe

La société Edimart poursuit son activité avec les éditions musicales.

Les sociétés CAPA SA ET SOGPA SA ont changé leur dénomination sociale en 1998 pour devenir respectivement :

* RCI MARTINIQUE, * RCI GUADELOUPE, *

La société NORD COMMUNICATIONS exploite depuis 1997 sous franchise NRJ, une radio dans chaque île : NRJ MARTINIQUE NRJ GUADELOUPE

Le groupe RCI, propose son site Internet : www.radiocaraibes.com . .

ILS ONT FAIT LEUR APRENTISSAGE A RCI

Jean Michel LEULIOT, Maryse, EUROPE 1 Patrice LOUIS, EUROPE 1, BFM, CANAL+ Jacques EXPERT, Combien çà coûte, Paris Première Luc EVRAD, Europe1 Axel GYLDEN, envoyé permanent Amérique du sud.

----------------////////---------------

Nou KAa Sonjé
GUY  NOËL 1975
--------------------------
Mano Radio Caraïbes
http://www.manoradiocaraibes.com  
http://www.manomerci.com  
http://manoretro.unblog.fr/  
http://emission.unblog.fr/  
martel.loutoby@orange.fr  
http://fr-fr.facebook.com/  
http://martelkapale.unblog.fr/  
Portable:0696919145
Portable:0696840553
 
 
 
 
RCI 2 BD DE LA MARNE
Vign_radio_caraibes_2_bd_de_la_marne_fort_de_france_martinique
Bernard Ferry
Vign_nou_ka_sonje-rci-1975
Monsieur,
mon nom de famille vous dit probablement quelque chose, puisque je suis
le fils de Michel Ferry et de Renée Gilles, tous deux fondateurs de
Radio Caraïbes.
J'ai découvert votre site il y a déjà quelque temps et vous avais écrit,
mais mes messages me revenaient : impossible de vous joindre.
Je réessaye aujourd'hui pour vous dire d'une part à quel point
j'apprécie le travail que vous accomplissez au service des peuples
antillais, de leur mémoire, de leur culture, et d'autre part, plus
égoïstement, pour vous demander si vous n'auriez pas, dans vos archives
sonores, des traces des émissions enregistrées par ma mère, Renée
Gilles, jusqu'à la date de sa mort, en septembre 1966, et par mon père,
Michel Ferry, jusqu'à la même époque, approximativement.
Bien cordialement,
Bernard Ferry.

 
Vign_imagescazwydlo
Nom: Todd
Prénom: Christopher
Email: christopher.todd3@ntlworld.com
Message: Bonjour ! En tant qu’historien, je m’intéresse à divers aspects de la radio francophone, et je me suis demandé si vous seriez à même de me fournir des renseignements concernant le fondateur de votre station, Michel Ferry. C’est un homme qui a joué un rôle considérable dans le développement de la radio, rôle largement négligé par les historiens à cause de sa collaboration avec la radio de Vichy pendant la guerre. Reporter-vedette de Radio Cité pendant les années trente, il a dû s’expatrier à la fin de la guerre. Il est devenu alors rédacteur en chef de Radio Africa Maghreb à Tanger. Il est revenu en France en 1957 pour devenir encore une vedette à Radio Luxembourg, avant d’aller aux Antilles au début des années soixante. Il semble avoir disparu mystérieusement vers 1963. Votre site web renferme un courrier électronique de la part de son fils Bernard. Est-ce que vous possédez l’adresse e-mail de celui-ci, ou d’autres coordonnées le concernant ? Je vous remercue d’avance de votre attention, Cordialement, Christopher Todd (Professeur émérite à l’Université de Leeds (Angleterre).
 
 
 
NOU KA SONJE
Sainte-Lucie
Vign_ste-lucie-drap
Sainte-Lucie
Capitale: Castries
Population: 172 800 (2008)
Langue officielle: anglais (de facto)
Groupe majoritaire: créole à base lexicale française (75 %)
Groupes minoritaires: anglais et langues immigrantes (25 %)
Système politique: monarchie constitutionnelle (Elizabeth II), membre du Commonwealth
Articles constitutionnels (langue): art. 25 et 31 de la Constitution du 22 février 1979
Lois linguistiques: Loi sur l'éducation (1999) ; Loi sur les indications géographiques (2000); Loi sur les brevets (2001); Loi électorale (2001).

-------------------------
1 Situation géographique
Sainte-Lucie (en anglais: Saint Lucia) est un petit État insulaire de 616 km² situé dans les Petites Antilles, dans la partie sud-est de la mer des Caraïbes, entre la Martinique au nord et Saint-Vincent-et-les-Grenadines au sud (voir la carte régionale).

Castries est la capitale, la plus grande ville et le principal port de Sainte-Lucie; le nom de Castries vient du maréchal de Castries, ministre de la Marine de Louis XVI, qui avait insisté, à la signature du traité de Versailles en 1783, pour que la Grande Bretagne restitue l'île à la France. L'organisation administrative de l'île est héritée de la colonisation française avec une division en 11 paroisses (ou «parishes»): du nord au sud, Gros-Islet, Dauphin, Castries, Anse-la-Raye, Dennery, Soufrière, Praslin, Micoud, Choiseul, Laborie et Vieux-Fort.
Sainte-Lucie fait partie des Îles-du-Vent avec, du nord au sud, Porto Rico, les îles Vierges, Saint-Martin, Saint-Barthélemy, Saint-Christophe-et-Niévès, Antigua-et-Barbuda, la Guadeloupe, la Dominique, la Martinique, Saint-Vincent-et-les-Grenadines, la Barbade et la Grenade.

2 Données démolinguistiques
En 2008, la population de Sainte-Lucie était estimée à 172 800 habitants. Elle comprenait 90 % de Noirs, 6 % de Métis et 0,8 % de Blancs. Du point de vue linguistique, on estime que 75 % des Saint-Luciens parlent le créole comme langue maternelle. Appelé kweyol (créole) ou patwa (patois), il est à base lexicale française et se rapproche beaucoup du créole martiniquais; la syntaxe emprunte aux langues d'Afrique de l'Ouest, tandis que la majorité des termes sont issus du français. Les autres communautés linguistiques parlent l'anglais ou l'une ou l'autre des langues immigrantes. L'île compterait quelque 2500 francophones réels.

Sur le plan géolinguistique, Sainte-Lucie fait partie d'un ensemble de quatre îles — Sainte-Lucie, Martinique, Dominique et Guadeloupe — représentant un bassin de population de plus d'un million d'habitants créolophones (à base lexicale française).


De façon générale, les locuteurs du créole sont en majorité des habitants des villages. Depuis les années cinquante, les parents dans les centres urbains, soucieux de voir leurs enfants s'exprimer en anglais, la langue officielle qui est perçue comme un moyen de mobilité sociale, ont découragé l'utilisation du créole. De plus en plus de Saint-Luciens ont l'anglais comme langue maternelle. De plus, l'influence de l'anglais est plus marquée aujourd'hui dans le vocabulaire technique et les expressions de la vie quotidienne; les divergences se renforcent progressivement entre le créole de Sainte-Lucie et celui de la Martinique lui même très marqué par le français moderne. Voici quelques exemples de créole saint-lucien:

POUR  EN SAVOIR PLUS CLIQUE ICI
http://www.tlfq.ulaval.ca/axl/amsudant/ste-lucie.htm
-------------

MANO RCI
Vign_44
 
MANO RADIO CARAÏBES
Et n'oubliez pas, ami.... Visitez Mon site
aussi souvent que vous le pouvez... et merci ! ... n'oubliez pas d'informer vos amis !
Je vous remercie
Cliqué ICI
http://manoretro.unblog.fr/  
http://martelkapale.unblog.fr/  
http://www.manoradiocaraibes.com/  
http://www.manomerci.com/  
 
Vign_mano_douard
 
Vign_nou_ka_sonje-rci-1975
© 2011
Créer un site avec WebSelf