NOU KA SONJÉ
YO
CÉ LI MINME KI LA
 
Vign_227-308
 
Vign_gerner
Jean Gesner Henry, surnommé Coupé Cloué, était un footballeur et musicien haïtien, né le 10 mai 1925 à Léogâne en Haïti et mort le 29 janvier 1998.

Gesner Henry était connu sous le nom de Coupé Cloué, un surnom qu'il a acquis à la suite de son jeu au football comme défenseur au sein du club Aigle Noir AC, grand club de football de Port-au-Prince.

Biographie

Il a débuté sa carrière de musicien comme guitariste à Port-au-Prince en 1951, alors influencé par la musique cubaine.

En 1957, il a formé le Trio Crystal qui a été renommé le Trio Select. Ils vont jouer leur propre version de musique twoubadou dans les clubs et les fêtes de Port-au-Prince. Twoubadou est un style de musique basé sur les sons rapporté à Haïti par les coupeurs de canne à sucre haïtiens qui avaient travaillé à Cuba. Le premier groupe de Coupé, Trio Select, jouait un mélange de jazz, méringue haïtien et de rythmes folkloriques, et a contribué à populariser l'usage de la guitare en Haïti dans les années 1950 et 1960. Trio Select était composé de Coupé lui-même, un deuxième guitariste et un joueur de maracas. Un nom plus commun pour les maracas en Haïti est le « Tcha-Tcha ».

Le groupe donnait des prestations dans de petites fêtes et finalement, en 1960, il a sorti son premier album, Trio Select, qui avait une formule rythmique apparentée au kompa mais a su retenir le rythme cubain.

La grande popularité de Coupé Cloué auprès du public haïtien tenait à la qualité de ses textes, pleins de jargons courants, avec doubles sens et plaisanteries. Comme le groupe a grandi dans les années 1970, il a changé son nom de Trio Select en Ensemble Select de Coupé Cloué.

Lors de sa première tournée en Afrique en 1975, Coupé Cloué découvre à la République du Congo que le soukous local avait une similarité au propre son du groupe. C'est à ce moment où Coupé Cloué s'est vu attribuer le titre de Roi Coupé Cloué par les fanatiques locaux.

Coupé Cloué a produit plus de trente albums pour plusieurs maisons de productions haïtiennes au courant de ses trente années comme interprète. Son homogénéité et la productivité sont des accomplissements dans un pays où la musique était témoin de changements radicaux ; avec la venue des groupes de mini-jazz influencé par le rock vers la fin des années 1960, aux grandes sections de corne du dernier 70s, et au synthétiseur et à la révolution électronique des années 1980. Plus récemment, le kompa a été mis au défi en Haïti par les styles racines et un mouvement de « la nouvelle génération ». Pendant ce temps, Coupé Cloué et son groupe ont continué à faire ce qu'ils faisaient de mieux : produire de la musique de danse lyriquement astucieuse et agréable.

Pendant que plusieurs artistes quittaient Haïti pour la sécurité relative de communautés haïtiennes aux États-Unis et au Canada, Coupé Cloué est resté la maison. Au milieu des années 90, il a été diagnostiqué du diabète. Il donna son dernier spectacle en décembre 1997 et mourut un mois plus tard, le 29 janvier 1998.

Discographie
1970 : Plein calle
1971 : Haïti vol.2
1972 : Gro banbou
1973 : Cribiche
1975 : Map di
1977 : Preacher
1978 : L'Essentiel
1979 : World of
1980 : Back to roots
1981 : Abseloutment
1981 : Couci-couça
1982 : En dedans
1983 : 25th anniversaire
1983 : Antan'n pou antan'n nou
1983 : Ca fe map peye
1984 : 5 Continents
1985 : Mme Marcel
1986 : Malingio
1987 : Bel mariage
1988 : Racines
1989 : Coupe cloue-bèl mè
1991 : Full tank
1992 : Femme ce poto fe
1993 : Ti tete la
1997 : 40th anniversary
 SOURCE :  Lire la Suite veuillez cliquer ICI
http://fr.wikipedia.org/wiki/Coup%C3%A9_Clou%C3%A9
 
 
Vign_joe_400-5
Biographie


Joe Jacques (né le 25 mai 1936, à Gonaïves) est connu sous le nom, un enseignant, musicien, chanteur, parolier, pianiste et accordéoniste. Aveugles à la naissance, Joe Jacques n'a jamais vu un lever de soleil, mais a éclairé notre existence. St-Vincent de Port-Au-Prince a été la première institution à laquelle il a participé. De 1955 à 1959, il s'inscrit à l'école de Perkins pour les aveugles à Boston, Massachusetts. Ensuite, il est retourné à Haïti. Depuis 11 ans, Joe Jacques a servi comme professeur d'anglais et a été, à un moment donné, partie de la Faculté de l'Institut américain haïtienne.

La musique a toujours occupé un rôle prédominant dans la vie de Joe. Pour Joe Jacques, musique représente le pont plus sûr entre lui et le monde froid. De même, par le biais de ce pont, nous sommes entrés dans Joe-Jacquesville et Blindville.

En 1972, alors qu'il était en vacances à New York, réalisant sa vocation au ministre par la musique, il est devenu musicien professionnel. Avec son accordéon sacrée et sa voix mélodieuse, il a toujours dépassé nos attentes. Timidite, Profese lekol, Ma petite et la derniere fois, sont les piliers de son pont. Comme le blues américain, il chantait de son amour, souffrances, tribulation, regrette et espère. Avec beaucoup de clarté, uncanny wit et élégance superbe, il prend beaucoup d'entre nous aux domaines de l'existence de désolation. Ses paroles nous a apporté l'humilité, révérence et sentiments de gratitude.

Contrairement à l'opinion publique, Garry Talent, chanteur de Moonkool a déclaré que, "ses chansons nous offrent uniquement des inklings de son monde énigmatique. Seules quelques sélectionnés pourraient atteindre vraiment lieu Joe Jacques. Joe-Jacques Ville est seulement accessible puisqu'il n'est pas un lieu géographique, mais une manière différente de voir les choses".

Il y a quelques autres personnes qui expriment un mécontentement concernant sa nuance mélancolique. Cependant, sa réalité demeure sa réalité. Joe Jacques, au lieu d'être apologétique, préfère d'attribuer son expression mélancolique à son état de longue date de déni. Ses anciennes chansons, selon lui, étaient évocateurs de son hésitation à accepter sa cécité. Depuis lors, il est venu à termes avec lui-même. Avec enthousiasme, avec son nouveau sens de soi, il prétend que s'il a à écrire des chansons plus, son accent sera mis davantage sur les communications et les relations humaines.

Avec tact et d'empathie, nous avons demandé à Joe Jacques d'énumérer les trois premières choses qu'il aimerait voir si il soudainement devient aperçu. Instantanément, il mentionne : le ciel, sunrise, arc-en-ciel et les belles femmes. En fin de compte, cependant il nous assure que l'on peut seulement voir à travers le cœur. Choses que certains d'entre nous tenons pour acquis sont de délices pour les autres.

En somme Joe Jacques avec son accueil chaleureux et la particularité de ses chansons est considérée par beaucoup comme un héros national et sera certainement être immortalisée pour sa détermination, sa persévérance et son succès contre toute attente.

-Sanon Paul-

Source : Sports haïtiens-américains et réseau de l'éducation
----------///////////------------------------------------
TIMIDITÉ ,PROFESSEUR L' ÉCOLE,VOYOU, VOYELLE,DIX HEURES ,GAÇON ROLAND,MA PETITE CAGE,LA PRIÈRE,TI-DES
Photographe: D. F. SIMON ,Ingénieur du son: R. DENIS ,Producteur: J. J. HOGARTH
Distributeur: J. J. HOGARTH-(1978)- Volume1
///////////////////////////////////////////////////

DÉSESPOIR,SOIR D' HIVER,PROBLÈME ARTISTE ,PORT SALUT 1941
LA DERNIÈRE FOIS,DEPUIS CE JOUR,FEM' DOUCE,CAFÉ GRILLE
Photographe: D. F. SIMON ,Ingénieur du son: R. DESMANGLES
Producteur: J. J. HOGARTH ,Distributeur: J. J. HOGARTH –Volume2-(1979)
/////////////////////////////////////////////////////////////////////////
EN PROMENADE,GRAN FORCE MOIN,DEVINEZ,BONSOIR ;POT-POURRI (Guantanamera) ,
BON ZANMI,PITITE MOIN,TOUT SEUL,CONFESSION D' UNE FEMME,CRÉPUSCULE ,-
(Photographe: (D.R.) ,Ingénieur du son: R. DENIS
Producteur: J. J. HOGARTH ,Distributeur: J. J. HOGARTH-(Volume3)-1979
/////////////////////////////////////////////////////////////////////////
POURQUOI VE ,QUE JE T' OUBLIE ?,* MON ADORÉE,* L' INDIFFÉRENTE,* DETTY
EN PASSANT ,JUSQU'AU PETIT MATIN,* SUZIE,A L' HÔPITAL,CARIDAD -
Photographe: D. F. SIMON ,Ingénieur du son: D. BRODY,* R. DENIS -
Producteur: F. PAUL -Distributeur: MINI RECORDS-Volume4)-1979
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
ENTRE TE VOIR ET T' AIMER,PORTRAIT TI SŒUR MOIN,PAPA LOCO
BATACUDA ,TI MÉNAGE MOIN,COMPÈRE WALTER,SOUVENIR 4 CLOCHES
FE GRO LA MACHE
Photographe: (D.R.) ,Ingénieur du son: R. DENIS ,Producteur: C. Jn-BAPTISTE
Distributeur: Ets Jn-BAPTISTE-(Volume5)-1981
///////////////////////////////////////////////////////////////////////
ESTE AMOR APASIONADO,BLAGUES,UNE FEMME EN DÉTRESSE
CADAVEZ (I),CADAVEZ (II),SI,CE N' EST QU'UN AU REVOIR
Photographe: (D.R.) ,Ingénieur du son: S. G. DUVIELLA
Producteur: G. RAPHAËL ,Distributeur: UTICA RECORDS-(Volume :6-)-1982
//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
TOI QUI VIENT DE NAÎTRE
S R CAPITAN
MERCI ,COTTY ,QUILI GUIGUI,PILON PE PITES,MET CO
Photographe: W. NICOLAS ,Ingénieur du son: S. G. DUVIELLA
Producteur: G. RAPHAËL ,Distributeur: UTICA MUSIC CENTER
(Volume ;07-)-1982
//////////////////////////////////////////////////////////////////////
LA RONDE ENFANTINE (MON LOLO),Label: GERONIMO RECORDS (G.R.) /Référence: 0020 Année: 1984

RONDE ENFANTINE (Mon lolo),TU ES VENU A TEMPS,CONSOLE MOIN,LOVE STORY (II) (Break time)
PARDONNEZ-MOI SEIGNEUR,DIFFICILE PAS BONHEUR,AU CREUX DE TES SEINS
SI,UNE FEMME EN DÉTRESSE,CE N' EST QU'UN AU REVOIR

Photographe: Jn-C. LEVEILLE ,Ingénieur du son: S. G. DUVIELLA
Producteur: G. RAPHAËL ,Distributeur: GERONIMO RECORDS-(Volume 8)
---------------------------------------//////////////////////////----------------------
 
 
Vign_nemours
Veuillez taper votre texte iciNou Ka Sonjé - Nemours Jean Baptiste

Nemours Jean Baptiste



Nemours Jean-Baptiste est né le- 2 février 1918 à Port-au-Prince.

Décédé le- 18 Mai 1985, à Port-au-Prince. HAÏTI

il a légué un riche héritage au marché musical haïtien.


Biographie de Nemours Jean Baptiste

Troisième d’une famille de quatre enfants, Nemours Jean-Baptiste est né le 2 février 1918 à Port-au-Prince.

Ses parents Lucia Labissière, couturière et Clément Jean-Baptiste, cordonnier ont décédé prématurément. Nemours et ses frères et soeur André, Monfort et Altagrace furent confiés à des proches parents. Il fit de brèves études à Jean Marie Guilloux et chez les Frères de Saint Louis de Gonzague et a dû faire très tôt aux affres de la vie occupant de menus emplois pour survenir à ses besoins. Devenu coiffeur, Nemours a pu trouver, sans nul doute, en ses clients et le salon de coiffure, l’auditoire et l’endroit idéal pour discuter de son amour et don pour la musique. Ce don a reçu par hasard sa première sponsorisation à travers un ami, Antoine Duverger.



Joueur et propriétaire de banjo, Duverger a décidé de confier son instrument à Nemours pour éviter les réprimandes parentales : « l’enfant de famille » des années 50 ne faisait pas de la musique. Nemours en a profité pour apprendre tout seul le banjo. La chance lui a sourit lorsque Duverger n’a pas pu respecter un de ses engagements auprès des frères Guignard. Nemours l’a remplacé. La performance fut un succès et lui a rapporté $30.00 et son recrutement par les frères Guignard. De cette date, Nemours s’était adonné complètement à la musique; une carrière qui allait durer environ vingt-cinq ans. Au cours d’une de ses performances, il a rencontré Marie Félicité C. Olivier. Ils se sont mariés le 28 Septembre 1946 et eurent trois enfants Marie Denise qui a vécut jusqu’à l’âge de deux (2) ans, Yvrose et Yves Nemours Jr.



Les débuts de Nemours consistaient surtout de tournées à travers le pays animant les fêtes patronales. C’est d’ailleurs un jour de la Sainte Anne, le 26 juillet 1955, qu’il a créé le rythme qui allait devenir le compas et son propre groupe musical, Conjunto International avec pour Membres fondateurs Julien Paul, Monfort Jean-Baptiste, frère de Nemours, Anilus Cadet, Mozart et Krutzer Duroseau et pour une courte durée Webert Sicot qui sera remplacé par Frank Brignol. Mais, ce n’était pas son premier coup d’essai de maestro. Il a dirigé auparavant, des groupes de l’époque tels que Anacaona, Jazz Atomique, Jazz atomique Junior.


En 1956, la carrière de l’artiste devait prendre une nouvelle direction lorsqu’il rencontra son premier promoteur, Jean Lumarque, propriétaire d’un Club à la mode, « Calebasses ». Ce dernier organisa la première tournée à l’étranger de Nemours et son groupe les accompagnant aux États Unis d’Amérique et au Mexique. Cependant, peu de temps après, Nemours devait quitter Lumarque pour Senatus Lafleur, propriétaire d’un autre Club, « Palladium ». Pourtant, c’était encore Jean Lumarque qui, en 1961, emmena aux États-unis le groupe et le 5 juillet, au cours d’une cérémonie au siège des Nations Unies, Nemours a reçu une plaque d’honneur. Après un autre aller-retour du Palladium au Calebasses, Nemours et son groupe successivement nommé « Ensemble aux Calebasses » et « Ensemble Nemours Jean Baptiste » ont été embauchés par René Martini, propriétaire de « Cabane Choucoune » où ils ont joué de 1962 à 1970. Au cours de cette période, en 1963, l’artiste a participé à son premier défilé carnavalesque, sur demande du public. A noter qu’il souffrait de glaucome. En juillet 1967, les médecins d’un hôpital de Port-au-Paix ont dû lui enlever son œil (droit ou gauche) au cours d’une intervention chirurgicale.



Nemours a également séjourné deux ans (1970-1972) aux États Unis d’Amérique et performé dans des clubs tels que Château Caribe (Manhattan) et Canne-à-Sucre (Corona, Queens). De retour sur la terre natale en 1972, il a pris en charge un dernier groupe, le Top Compas, rebaptisé « Super Combo de Nemours Jean-Baptiste » et a été en tournée en Guadeloupe de mai à Décembre 1973. En mai 1974, un promoteur de la Guadeloupe, Hubert Romain leur fit faire une tournée passant par la Guadeloupe, la Martinique, la France et la Guadeloupe pour revenir au pays en Novembre 1974. Leur passage en France, au mois de septembre, a été un immense succès provoqué par la chanson « Ti Carole », en tête du hit parade sur « Radio Télévision France Inter » pendant six mois. De retour au pays en Novembre 1974, le groupe élut domicile à « Cabane Choucoune » jusqu’à sa dissolution en 1979 avec le départ pour les États Unis de son fondateur, Wagner Lalane.


En 1980, environ un quart de siècle après le lancement de sa grande carrière, Nemours s’est retrouvé en musicien solitaire. Heureusement, Eddy Zamor, animateur de radio et présentateur durant les années 60 en Haïti, devenu promoteur de musique aux États-Unis, a pu venir à sa rescousse. Il sponsorisa une soirée de vingt-cinq ans d’anniversaire du compas et l’évènement a été célébré en grande pompe de concert avec le Skah Shah au club « Olympia Palace », New York. Cette soirée a été, en quelque sorte, un hommage couronnant la grande carrière de Nemours Jean-Baptiste. Sa prochaine tentative de jouer aux Etats-Unis en 1981, cette fois-ci accompagné de son rival musical de longue date, Webert Sicot, devait avorter. Nemours est tombé gravement malade et subit une intervention chirurgicale à New York (« Elmhurst Hospital », Queens). Il passera les quatre dernières années de sa vie en Haïti, luttant contre le cancer de la prostate et la cécité. En dépit de l’insistance de sa femme et enfants, il a préféré mourir dans son pays disant qu’à sa mort on reconnaîtra sa valeur.


Nemours et le Compact Direct
Jusqu’à la moitié du 20ième siècle, les besoins du public haïtien en animation musicale avaient été principalement satisfaits par les troubadours, et la cadence « tipico » venue de la République voisine et de Cuba. Cette cadence et/ou les groupes espagnols dominaient la majeure partie de nos festivités publiques ou/et privées. Les débuts de Nemours ont été marqués par cette cadence qui lui a permis de gagner le cœur du public. Cependant, Nemours n’a jamais apprécié cette colonisation du marché musical haïtien. Du côté haïtien de la frontière, le Dominicain et le Cubain vivaient de leur musique, de l’autre côté nos frères étaient humiliés par ces mêmes gens.
Inspiré en quelque sorte par ce nationalisme et aidé de son génie, Nemours a donné aux haïtiens leur propre cadence : le compas. Après le lancement de sa carrière, il ne s’était pas arrêté à l’apprentissage du banjo, il a su maîtriser le saxophone et la guitare.

Une autre facette attrayante du personnage Nemours a été sa verve prompte et légère. À l’apogée de sa carrière, il choyait son public régulièrement avec une nouvelle composition. Tous les samedis, ses fanatiques l’attendaient au Rex Théâtre et ils n’étaient jamais déçus ni par le fond ni par la forme. Les femmes haïtiennes, régulièrement l’objet de satyre de nos musiciens, étaient les chouchous de Nemours. En témoignent, les tubes « aprann renmen », « ròb antrav », « Solange » pour ne citer que cela. Quant au compas, son enfant chéri qu’il a mis au jour, il n’avait jamais cessé de prédire sa réussite et longévité. Des tubes comme : « Universal compas », « Vivre Compas », « La joie de vivre » en sont la preuve. Pour Nemours, la clé de ce succès ou cette longévité a été de garder la cadence aussi simple que possible.Joueur de banjo, guitariste, saxophoniste, compositeur et chef d’orchestre, Nemours Jean-Baptiste, a été un artiste complet. Il a été pour la musique haïtienne ce que furent les Pères de la Patrie pour Haïti. A sa mort le 18 Mai 1985, il a légué un riche héritage au marché musical haïtien. Les premières bases posées par Nemours constituent une source inépuisable qui a inspiré et continue à guider les jeunes générations. Aujourd’hui encore, un demi-siècle siècle après la création du compas, le public haïtien ne s’est jamais lassé de danser et la musique de Nemours et le compas. e volontairement positive, légère.

LIRE LA SUITE VEUILLEZ CLIQUEZ ICI
http://www.manoradiocaraibes.com/jean_baptiste_nemours-merci.ws
© 2011
Créer un site avec WebSelf